DzForums

MIMBAR EL MOUSLIM.

MIMBAR EL MOUSLIM.
« Réponse #45 le: 30 janvier 2017 à 12:14:07 »


Des évocations simples pour une grande récompense !


Qu’est-ce qui est léger sur la langue mais pèse lourd dans la balance ? Le dhikr, l’évocation d’Allah .


« Ô, vous qui croyez ! Evoquez Allah de façon abondante » [33:41]

Dans l’agitation de nos vies effrénées, les journées semblent se dérouler tellement rapidement que souvent, tard dans la nuit, il peut souvent nous arriver de remarquer que nous ne nous sommes pas remémoré Allah de la journée.

Hormis les cinq prières quotidiennes (elles-mêmes constamment menacées  d’oubli ou d’accomplissement à la hâte), prenons-nous un seul moment de la journée parmi la création pour se rappeler du Créateur ? Un frêle « Alhamdoulillah » peut nous échapper mais sans la réflexion qui va avec.

Le manque de dikhr, ou d’évocation d’Allah, peut être imputé  à une mauvaise gestion du temps ou à l’oubli ; mais la vérité est que nous ne comprenons pas vraiment le poids qu’exercent ces quelques mots ou phrases sur nos cœurs et nos âmes.

Et les récompenses qui vont avec ! Le messager d’Allah  décrit les avantages du rappel d’Allah au cours de nos journées. En gros, si vous vous rappelez d’Allah dans cette vie, Il se rappellera de vous et vous accordera de merveilleuses choses, dans cette vie et dans l’au-delà.


Le prophète a dit,

« Allah dit : Je suis pour mon serviteur ce qu’il pense que Je suis, et Je serai avec lui chaque fois qu’il M’évoque, s’Il M’évoque en lui, Je l’évoquerai en Moi, s’il M’évoque dans une assemblée, Je l’évoquerai dans une meilleure assemblée. Et s’il s’approche d’un empan, Je m’approcherai d’une coudée et s’il s’approche d’une coudée, Je m’approcherai de lui d’une brassée. Et s’il vient à la marche, J’irai à lui hâtivement. » [Sahih Bukhari]

Voici une petite liste de quelques évocations que vous pouvez intégrer à vos journées. Le but étant que ces magnifiques louanges du Créateur viennent de vote cœur et roulent sur votre langue avec facilité.

 
1.Le Coran : sa lecture est en définitive la meilleure des évocations.

Récompense : Vous obtiendrez 10 « hassanates » pour chaque lettre lue. Cette récompense illustre simplement le poids du Coran sur ce qu’il devrait représenter dans nos vies.

 
2.SubhanAllah ou SubhanAllah wa bihamdihi (Gloire et pureté à Allah qui est exempt de tout manque et imperfection).

Récompense : Un arbre sera planté pour vous au Paradis. Magnifique ! Commencez à faire pousser votre propre forêt dès maintenant ! Un autre hadith rapporte que celui qui prononce cette louange 100 fois par jour, ses pêchés lui seront pardonnés même si ils sont aussi nombreux que l’écume de la mer. [Bukhari]

 
3.Alhamdulillah (Louange à Allah)

Récompense : Le Jour du Jugement, votre balance penchera remplie de hassanates !

 
4.SubhanAllah wal hamdulillah, wala ilahaillAllah, waAllahuakbar (Gloire et pureté à Allah qui est exempt de tout manque et imperfection. Il n’y a de Dieu qu’Allah. Allah est le plus grand).

Récompense : Cet ensemble d’évocation est la plus aimé d’Allah, Subhanawata’ala. Quand vous les prononcez, les péchés s’éloigneront de vous comme les feuilles tombent d’un arbre.

 
5.La hawlawa la quwwataillabillah (il n’y a de pouvoir ni de force que par Allah).

Récompense : Ceux qui prononcent souvent cette évocation entreront au Paradis par une porte spéciale.

 
6.SubhanAllah (x33), Alhamdulillah (x33), Allahuakbar (x33). Peut être récité après la prière et avant d’aller dormir/au lit. (Gloire et pureté à Allah. Louange à Allah. Allah est le plus grand).

 

Récompense : Nous savons que ce dhikr est prononcé après chaque prière, mais quand Fatima , la fille du Prophète  vint à lui pour lui demander l’aide d’une servante pour la maison, le Messager d’Allah   lui dit de répéter l’évocation avant son sommeil et que les résultats seraient meilleurs que d’avoir une servante.

 
7.Astaghfirullah (je demande pardon à Allah).

Récompense : Vous serez protégé du châtiment d’Allah. Dans la sourate Noé, verset 10-12, Allah relate l’histoire du prophète Noé et la façon dont il enseigna à son peuple la recherche du pardon d’Allah. S’ils disaient juste « astaghfirullah », Allah leur enverrait la pluie en abondance, augmenterait leur richesse et leur progéniture, et leur offrirait des jardins et des rivières au Paradis.

 
8.Ayahtul-Kursi [2:255]

Récompense : Lorsque vous récitez ce verset avant d’aller dormir, Allah vous envoie un gardien et aucun djinn ne viendra jusqu’au matin. Ceux qui lisent ce verset après chaque prière, entreront au Paradis.

 

Source :

 

http://musulmanproductif.com/

MIMBAR EL MOUSLIM.
« Réponse #46 le: 04 février 2017 à 17:03:48 »
 



SALAM



Untel n'a aucun bien en lui




D'après 3awn Ibn Abdillâh - qu'Allâh lui fasse miséricorde - il dit :



"Si l'un d'entre vous méprise son âme, qu'il ne dise pas : "Je n'ai aucun bien en moi".

Nous avons certes le tawhid en nous-mêmes.

Mais qu'il dise plutôt :

قَدْ خَشِيتُ أَنْ يُهْلِكَنِي مَا فِيَّ مِنَ الشَّرِّ

Je crains que ne cause ma perte ce que j'ai de mal en moi-même"

Chou3ab Al imân d'Al Bayhaqiy 7159



Et à plus forte raison, qu'il ne dise pas cela lors de son mépris d'autrui, cette parole court sur beaucoup de langues lorsqu'ils méprisent une personne, et bien pire encore, certains d'entre eux jurent : "Par Allâh ! Untel n'a aucun bien en lui".



Traduit par Oum Omayr

✅ Publié par 3ilmchar3i.net


فلان ما فيه خير

عن عون بن عبد الله رحمه الله قال

إِذَا أَزْرَى أَحَدُكُمْ عَلَى نَفْسِهِ، فَلَا يَقُولَنَّ: مَا فِيَّ خَيْرٌ، فَإِنَّ فِينَا التَّوْحِيدَ، وَلَكِنْ لِيَقُلْ: قَدْ خَشِيتُ أَنْ يُهْلِكَنِي مَا فِيَّ مِنَ الشَّرِّ

شعب الإيمان للبيهقي - 7159

ومن باب أولى أن لا يقول ذلك عند ازائه بغيره ، وكثيرا ما يجري هذا القول على ألسنة الناس عند إزرائهم بشخص ، بل بعضهم يقسم والله فلان ما فيه خير




فلان ما فيه خير


http://al-badr.net/muqolat/4519

MIMBAR EL MOUSLIM.
« Réponse #47 le: 06 février 2017 à 15:55:13 »
SALAM



Ce qu'il est obligatoire d'apprendre et de connaître pour tout musulman (Ibn Al Jawzî)



Al Imâm Abu-l-Faraj Ibn Al Jawzî As Siddîqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

" En vérité, les savants ont divergé concernant ce qu'il est obligatoire de savoir pour tout musulman. Les théologiens (al mutakallimîn) ont dit qu'il s'agit de la théologie car une personne acquiert la connaissance du tawhîd et qui est Allâh (qu'Il soit exalté et magnifié) à travers elle. Les juristes (al fuqahâ) ont dit qu'il s'agit de la connaissance du licite et de l'illicite (al halâl wa al harâm). Les spécialistes du Qur°ân et ceux du hadîth ont dit qu'il s'agit de la connaissance du Qur°ân et de la sunnah car on acquiert toutes les connaissances à travers eux. Selon les soufis, il s'agit de la connaissance de la sincérité (al ikhlâs) et des maux du coeur. Il y a encore d'autres avis, mais il n'est pas préférable de se pencher dessus. Et Abû Tâlib Al Makkî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit quant à lui que c'est la connaissance des cinq piliers de l'Islâm.

L'avis correct est qu'il s'agit de la connaissance qui permet au serviteur de savoir comment se comporter à l'égard de son Seigneur. Et la façon de se comporter pour laquelle il est légalement responsable est de trois sortes :

* ce qui à trait à la croyance,
* ce qui à trait à ses actes,
* ce qui à trait à ce qu'il ne faut pas faire.

Ainsi, lorsqu'un garçon atteint l'âge de la puberté, la première chose qu'il lui est obligatoire est l'acquisition des connaissances tournant autour de la profession de foi et de son sens, même sans discursivité ou preuves particulières, car le Messager d'Allâh ﷺ ne s'est un jour contenté que de l'attestation d'un Arabe Bédouin sans lui enseigner un quelconque raisonnement logique ou une preuve. Ceci étant, ceci est ce qui s'impose à ce moment précis, mais il lui sera obligatoire ensuite de connaître les raisons et preuves qui lui permettront de connaître Allâh (qu'Il soit exalté et magnifié) [plus en détail].

Quand le moment où les prières deviennent obligatoire, il lui incombera d'apprendre comment se purifier et la manière de prier. S'il vit jusqu'au ramadan [et qu'il lui est obligatoire], il lui incombera d'apprendre comment jeûner. S'il possède une certain pécule [imposable] durant une année entière, alors il lui incombera d'apprendre comment donner la zakâh. Lorsque la période du Pèlerinage arrive, il lui incombera d'apprendre la manière d'accomplir le Pèlerinage.

Quant aux choses qu'il n'y a pas à apprendre, cela dépend des nécessités et cas [inhérents à la personne]. Ainsi, il n'est pas obligatoire à l'aveugle d'apprendre les règles concernant ce qui ne doit pas être regardé. De même, les muets ne sont pas obligés d'apprendre ce qui est interdit en matière de parole. Par contre, si une personne se trouve dans un pays où des substances intoxicantes sont disponibles ou que l'on y porte de la soie, il lui est obligatoire de connaître l'interdiction qui concerne ces sujets.

Concernant la croyance, il lui est obligatoire d'apprendre ce qui le concerne. Ainsi, si un doute lui venait à l'esprit à propos de la signification de l'attestation de foi, il lui devient alors obligatoire d'apprendre ce qui mettra fin à ce doute. A ce titre, s'il vie dans un pays où les innovations blâmables sont répandues, il lui incombe de connaître la réalité de cette affaire. De même, si un homme d'affaires se trouve dans un pays où la pratique de l'usure est monnaie courante, alors il lui est impératif de connaître la prohibition qui s'applique à l'usure. "

Fin de citation.

Source : Minhâj Ul Qâsidîn de l'Imâm Abu-l-Faraj Ibn Al Jawzî As Siddîqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).


 

En collaboration avec Dzteamunlocker