DzForums

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« le: 05 octobre 2016 à 18:10:08 »
‑Que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur le prophete Mohammed‑


« Sois en ce bas monde comme un étranger ou comme un passant »

[Rapporté dans le Sahih Al-Bukahri, n°5937]

 “Au nom d’Allah, L'Infiniment Miséricordieux, Le Très Clément „

 

Louange à Dieu le Clément Miséricordieux et paix et salut sur son dernier messager, Sa lumière grâce à laquelle Il a guidé Ses élus vers les chemins du bonheur et a éclairé leurs cœurs pour qu’ils contemplent les signes de Sa beauté et de Sa majesté.




Personnages , prophetes et créatures dans l'islam

 

Selon les différents Hadith et Récits, le nombre des Prophètes envoyés par Allah est de 124.000 dont 330 (ou 315 selon une autre version) sont des apotres. Mais le Coran ne mentionne pas la plupart des Prophètes. Il dit notamment: «Nous avons envoyé des Prophètes avant toi. Il en est parmi eux dont nous t'avons raconté l'histoire, et d'autres, dont nous ne t'avons pas raconté l'histoire» (Sourate les croyants, 40:78). Ceux dont les noms figurent dans le Coran sont au nombre de 26 , 'Îmran ou Imran (en hébreu Amram) est le nom d'une famille qui, dans la tradition musulmane, désigne les ancêtres de Moïse (appelé Mūsā dans la tradition musulmane) et ceux de Jésus/Îsâ par sa branche maternelle. En effet, Le Coran fait référence à Maryam comme faisant partie de la maison d'Îmran. C'est de cette famille que descend aussi Jean le Baptiste (appelé Yahyâ dans la tradition musulmane), Jésus et Jean Baptiste (Îsâ et Yahyâ) étant cousins, tout comme dans les traditions chrétiennes (cf. l'évangile selon Luc).

 Les prophetes furent envoyée a divers peuples : Le prophète Ibrahim ( Abraham) envoyé aux kaldonéens , Le prophète Lot envoyé au peuple de Sodome , Le prophète Ismaël envoyé aux arabes et aux tribus du Yémen ,Les prophètes Isaac et  Yacoub (Jacob) envoyés aux cananéens, Le prophète Youssouf (Josèphe )envoyé eux hexus d'Egypte , le prophète Chuaib envoyé au peuple de Madian en Arabie .
Les prophètes Moussa (Mois) et Harun ( Aaron) envoyés aux pharaons d'Egypte et aux enfants d'Israël , le prophète Ilyas ( Elie) envoyé aux Phéniciens ,le prophète Younous ( jonas ) envoyé aux assyriens à NINIVE ect...

1- Adam: Son nom est mentionné 18 fois et à propos de qui Allah dit: «Oui, Allah a choisi, de préférence aux mondes: Adam, Noé, la famille d'Ibrâhîm, la famille de `Imrân» (Sourate Ale `Imrân, 3:33).



2- Nouh (noé): Son nom est mentionné 43 fois et dont Allah dit notamment: «Nous avons envoyé Noé à son peuple. Il demeure avec lui mille ans, moins cinquante ans» (Sourate al-`Ankabout, 29:14).

 

3- Idrîs (Henoch): Son nom est mentionné 2 fois, et Allah en dit notamment: «Mentionne Idrîs dans le Livre; ce fut un juste et un prophète» (Sourate Maryam, 19:56).



4- Houd(Eber ,arriere-petit-enfant de noé) : Il est mentionné 10 fois et Allah en dit notamment: «Aux `Ad, Nous avons envoyé leur frère Houd. Il dit: "O mon peuple! Adorez Allah! Il n'y a pas pour vous, d'autre Dieu que Lui» (Sourate A`râf, 7:65, et Sourate Houd, 11:50).



 

5- Salih (Shelah fils de juda) : Il est mentionné 9 fois, et Allah en dit: «Nous avons envoyé leur frère Çâleh aux Thamoud: "Adorez-Allah!" Mais voilà qu'ils se disputèrent entre eux et qu'ils se séparèrent en deux groupes» (Sourate al-Naml, 27:45).

 

6- Ibrâhîm (Abraham) : Son nom est mentionné 69 fois, et Allah en dit notamment: «Nous avions envoyé Nouh et Ibrâhîm et Nous avions établi, chez leurs descendants, la prophétie et le Livre» (Sourate al-Hadîd, 57:26).



7- Lout (Loth): Il est mentionné 26 fois et Allah dit à propos de lui: «Lout était au nombre des envoyés» (Sourate al-Çâffât, 37:133).



8- Ismâ`îl: Mentionné 11 fois et Allah en dit: «Nous avions inspiré Ibrâhîm, Ismâ`îl, Is-hâq (Isaac), Ya`qoub (Jacob)...» (Sourate al-Nisâ', 4:163). Il est le fils du Prophète Ibrâhîm.



 

9- El Yasa : (Elisée): Mentionné 2 fois dont: «Ne craignez-vous pas [Dieu] ? »
Invoquerez-vous Baal (une idole) et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs,
Dieu, votre Seigneur et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres ? » " Coran Sourate 37 SAFFAT (Les RANGÉES) versets 123-126.



10- Thoul-Kefl: Mentionné 2 fois, dont «Mentionne Ismâ`îl, Al-Yas`, Thoul-Kifl: chacun d'eux se trouve parmi les meilleurs» (Sourate Çâd, 38:48).



11- Esdras (Uzayr) a mené environ 5000 exilés Judéens de Babylone à Jérusalem en 459 av. J.-C. Il a reconstitué la communauté juive dispersée sur le fondement de la Torah et avec un accent sur la loi. Selon la Bible hébraïque, il a résolu la menace identitaire que posent les mariages mixtes entre Juifs et étrangers et a apporté une lecture précise de la Torah. Esdras est grandement respecté dans la tradition juive. Sa connaissance de la Torah est considérée comme ayant été égale à celle de Moïse. Comme Moïse, Hénoch et David, Esdras a reçu le titre honorifique de scribe et est appelé Esdras le Scribe (en hébreu : עזרא הסופר - Ezra HaSofer) dans la tradition juive. Il est aujourd'hui, chez les juifs, le symbole des courants anti-diaspora , Esdras est généralement identifié par les commentateurs musulmans par un prophète du nom d'Uzayr (en arabe : عزير). Il est mentionné dans la sourate Al-Baqara (La Vache) verset 259 dans un récit relatant sa mort puis sa résurrection lorsqu'il traversa un village détruit dont les habitants avaient été massacrés par Nebuchadnezzar II. La sourate du Coran « L’Immunité ou le Repentir », IX, 30 dit : Les Juifs disent : “Uzayr est fils de Dieu” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils de Dieu”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Que Dieu les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? Le verset du Coran, cité ci-dessus, mentionne Esdras ou Uzayr et affirme que certains Juifs l'acclame en tant que Fils de Dieu, d'une manière similaire à ce que disent certains chrétiens à propos de Jésus, citant cela comme étant une expression blasphématoire sur laquelle ni les chrétiens ni les juifs n'ont autorité, en disant qu'ils imitent ainsi les autres peuples de cultures plus anciennes qui attribuaient à Dieu une progéniture.



12- Younes: Mentionné 4 fois, dont: «Younes était au nombres envoyés» (Sourate al-Çâffât, 37:139).



13- Is-hâq (Isaac): Mentionné 17 fois, dont: «Nous lui avons annoncé une bonne nouvelle: la naissance d'Is-hâq, un prophète parmi les justes» (Sourate al-Çâffât, 37:112).



14- Ya`qoub (Jacob): Mentionné 16 fois dont: «Nous avions inspiré Ibrâhîm, Ismâ`îl, Is-hâq, Ya`qoub, les Apôtres et `Isâ...» (Sourate al-Nisâ', 4:163).



15- Yousof (Josef): Mentionné 27 fois, dont: «...parmi ses descendants: Dâwoud, Solaymân (Salomon), Ayyoub (Job), Yousof, Mousâ (Moïse), Hâroun (Aaron); nous récompensons ainsi ceux qui font le bien» (Sourate al-An`âm, 6:84).


16- Cho`ayb (Jethro  beau-père de Moise): Mentionné 11 fois dont: «Aux gens de Madian, Nous avons envoyé leur frère Chu`ayb» (Sourate al-A`râf, 7:85; Sourate Houd, 11:84); Sourate al-`Ankabout, 29:36).



17- Mousâ (Moïse): Mentionné 136 fois, dont: «Nous avons envoyé Mousâ avec Nos Signes: "Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la lumière; rappelle-lui les Jours d'Allah» (Sourate Ibrâhîm, 14:5).



18- Hâroun (Aaron): Mentionné 20 fois, dont: «Nous lui avons donné son frère Hâroun comme Prophète, par un effet de Notre Miséricorde» (Sourate Maryam, 19:53).



19- Dâwoud (David): Mentionné 16 fois dont: «Nous avons inspiré Ibrâhîm (Abraham), Ismâ`îl (Ismael), Is-hâq (issac), Ya`qoub (Jacob), les Tribus, `Isâ (Jésus), Ayyoub (job), Younes, Hâroun, Solaymân (Salomon) et Nous avions donné des Psaumes à Dâwoud (David)» (Sourate al-Nisâ', 4:163).



20- Solaymân (Salomon): Mentionné 4 fois, dont: «Nous avons donné une science à Dâwoud et à Solaymân» (Sourate al-Naml, 27:15).



21- Ayyoub (Job): Mentionné 4 fois, dont notamment dans le verset 163 de la Sourate al-Nisâ' (4) déjà cité.



 

22- Zakariyyâ (Zacharie pére de jean): Mentionné 7 fois, dont: «Zakariyyâ, Yahyâ (Jean), `Isâ, Al-Yâs, ils étaient tous au nombre des justes» (Sourate al-An`âm, 6:85).

23- Yahyâ (Jean): Mentionné 5 fois, dont: «"O Yahyâ! Tiens le Livre avec force!" Nous lui avons donné la Sagesse, alors qu'il n'était qu'un petit enfant» (Sourate Maryam, 19:12).



24- Ismâ`îl Çâdiq al-Wa`d: Il est autre que Ismâ`îl fils d'Ibrâhîm. Allah en dit: «Mentionne Ismâ`îl dans le Livre; il était sincère en sa parole; ce fut un apôtre et un prophète» (Sourate Maryam, 19:54).

25- `Isâ (Jésus): Mentionné 26 fois, dont: «Oui, le Messie, `Isâ, fils de Maryam, est le Prophète de Dieu, sa Parole qu'il a jetée en Maryam, en Esprit émanant de lui» (Sourate al-Nisâ', 4:171).



26- Mohammad (P): Il est mentionné 7 fois par son nom Mohammad, une fois, par son autre nom, Ahmad. Allah en dit notamment: «Mohammad n'est qu'un Prophète; des Prophètes ont vécu avant lui» (Sourate Ale `Imrân, 3:144).

 



A-Il y a des prophètes qui sont décrits dans le Coran sans la mention de leurs noms: «N'as-tu pas considéré les Anciens du peuple d'Isrâël après Mousâ? Ils dirent à leur prophète: "Donne-nous un roi, nous combattrons alors dans le Chemin d'Allah» (Sourate al-Baqarah, 2:246).

B-Ces prophètes étaient envoyés à toutes les nations à travers les différentes époques de l'histoire. En effet, Allah dit: «Oui, Nous avons envoyé un prophète à chaque communauté» (Sourate al-Nehal, 16:36).

C-Et Allah a préféré les prophètes et les apôtres les uns aux autres. IL dit: «Nous avons élevé certains prophètes au-dessus des autres. Il en est à qui Allah a parlé, et Allah a élevé plusieurs d'entre eux à des degrés supérieurs» (Sourate al-Baqarah, 2:253), et: «Nous avons préféré certains prophètes à d'autres et nous avons donné les psaumes à Dâwoud» (Sourate al-Isrâ', 17:55).

D-Les meilleurs de ces prophètes et apôtres sont au nombre de cinq, qu'on appelle "Olou-l`Azm" (Doués d'une ferme résolution) dont Allah dit: «Lorsque nous avons conclu l'alliance avec les Prophètes - et avec toi - avec Nouh, Ibrâhîm, Mousâ, `Isâ fils de Maryam, Nous avons conclu avec eux une alliance solennelle» (Sourate al-Ahzâb, 33:7), et: «Sois patient, comme ont été patients ceux des prophètes qui étaient doués d'une ferme résolution» (Sourate al-Ahqâf, 46:35). On sait que la résolution des prophètes varie des uns aux autres, elle n'est pas égale chez tous. Le verset suivant en est une indication: «Nous avions établi autrefois un pacte avec Adam, mais il l'oublia, Nous n'avons trouvé en lui aucune résolution» (Sourate Tâ-Hâ, 20:115)




« Modifié: 15 décembre 2016 à 08:58:21 par visage pale »

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #1 le: 06 octobre 2016 à 17:10:20 »


*AL-Khidr :

est une figure ambiguë et énigmatique de l'islam. Il est considéré comme un saint par certains (tels que ‘Abdan Ṣālih), comme un prophète par d'autres. Il est également un personnage important de l'alévisme. Il n'apparait pas directement dans le Coran par nom mais les exégètes musulmans (moufassirin) disent qu'il fait allusion à lui dans la sourate La caverne2 (Coran : 18:65, Al-Kahf) en employant l'expression « `Abdan min `ibâdinâ » (l'un de Nos serviteurs). Son nom est rapporté dans un long hadith rapporté par l'imam al-Bukhari. Moussa (Moïse) aurait fait sa rencontre au cours d'un voyage pendant lequel ce dernier sera témoin d'actes incompréhensibles de la part d'al-Khidr avant que celui-ci ne lui en donne les raisons. Hamza Youssouf pense qu'il peut correspondre à Bouddha3. Khezr serait un descendant de Noé, de la cinquième génération. Il est l'un des 124 000 prophètes, et l'un des quatre prophètes éternels de l'Islam. Khezr a atteint la source de la vie et bu l'eau de l'immortalité. Son nom signifie le "verdoyant". Le vert est la couleur de l'Islam ; cette couleur est aussi associée à l'imâmisme duodécimain, puisque le 12e Imâm, occulté, est supposé s'être retiré sur l'Île verte, au centre de la Mer blanche.

 

 

 

*Dhû-l-Qarnayn :

Dhû-l-Qarnayn (en ذو القرنين) littéralement « celui qui a deux cornes » ou « le biscornu » ou encore « Celui des deux époques» est une personnalité importante mentionnée dans le Coran, dans la sourate 18 : La caverne (Al-Kahf), où il est décrit comme un juste et grand souverain qui fut confronté à Ya'jûj wa Ma'jûj (Gog et Magog). Dhû-l-Qarnayn construisit, dans un défilé, un mur de fer pour contenir les peuples de Gog et Magog et les empêcher d'attaquer les peuples vivant à l'Ouest. 93. Et quant il eut atteint un endroit situé entre les Deux Barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage. 94. Ils dirent : "Ô Zul-Qarnayn, les Yajuj et les Majuj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ? ” 95. Il dit : “Ce que Mon Seigneur m’a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec force et je construirai un remblai entre vous et eux. 96. Apportez-moi des blocs de fer”. Puis, lorsqu’il en eut comblé l’espace entre les deux montagnes, il dit : “Soufflez ! ” Puis, lorsqu’il l’eut rendu une fournaise, il dit : “Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus”. 97. Ainsi, ils ne purent guère l’escalader ni l’ébrécher non plus. Qarn ne signifie pas seulement deux cornes mais a un autre sens en arabe qui est cité à plusieurs reprises dans le Coran. Il s'agit d'époque. Ainsi existent deux époques où la terre sera confrontée à ces terribles guerriers Gog et Magog, descendants également d'Adam. La première époque est celle où Dhûl Qarnayn a construit un barrage dans le Caucase afin d'endiguer les vagues meurtrières sur les populations démunies. Certains des exégètes qui soutiennent que Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre le Grand fondent leur argumentation sur le Roman d'Alexandre, texte écrit par le pseudo-Callisthène selon lequel Alexandre le Grand aurait en effet édifié un tel ouvrage pour se prémunir des attaques des Gog et des Magog. La deuxième époque correspond aux signes de la fin des Temps à savoir les attaques de Gog et Magog contre les Musulmans lorsque se montrera le massih ad dajjal (signifiant le faux prophète: celui-ci apparaîtra aux yeux de tous comme le messie car il possède d'étranges pouvoirs tandis que le vrai messie essayera en vain de prêcher; tout ceci se passera à l'approche de la fin des temps). Qarnayn = deux époques où Gog et Magog seront en action. D'autre part, le mot "Qarn" désigne un siècle en arabe et "Qarnayni" désigne deux siècles. Or dans le Coran, il est épelé ainsi "wa yas'a'lounaka aan di alqarnayni,qol...", donc on peut supposer que le grand souverain a vécu deux siècles. Il est dit que son royaume était presque aussi grand et prestigieux que celui du roi Sulayman (Salomon) lui-même. Tétradrachme en argent représentant Alexandre avec les cornes du dieu Ammon (242 av. J. C.). Exposé au British Museum. Tabarî a tenté une explication sur l'origine de la relation aux cornes. Cependant, il ne s'est appuyé pour cela sur aucun texte source de la tradition islamique : « Alexandre est appelé Dhû-l-Qarnayn pour la raison qu'il alla d'un bout à l'autre du monde. Le mot “qarn” veut dire une corne, et on appelle les extrémités du monde “cornes”. Lui, étant allé aux deux extrémités du monde, tant à l'orient qu'à l'occident, on l'appelle Dhû-l-Qarnayn ».


plusieurs théologiens et historiens musulmans — dont As-Suhayliy (XIIIe siècle), Ibn Taymiyyah (XIVe siècle) et Al-Maqrîziy (XVe siècle) — réfutent l'idée selon laquelle Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre, et font remonter le personnage coranique à l'époque d'Ibrahim (Abraham). Certains érudits islamiques contemporains penchent plutôt pour l'identifier avec d'autres personnages comme Cyrus le Grand.


 
◦-Alexandre était polytheise , alors que cyrus 2 était monothéiste zoroastrien ,
-Cyrus est nommée l'oint dans la bible un titre honorifique , dans le coran aussi il est honoré
-cyrus a de très grand lien avec les fils d'Israël car il les as libéré de l'esclavage et a reconstruit le temple raison de plus pour l'associé au dhul qarnay que les juif ont demander au prophète

et il a fait un voyage aussi a l'"extreme orient et a l'extrême occident c'était également un grand conquérant.





 

Sept Dormants d'Éphèse :

Les Sept Dormants d'Éphèse est Histoire qui semble commune aux chrétiens et aux musulmans ; elle met en scène des jeunes gens dormant dans une caverne pendant une très



longue durée. Une Sourate coranique raconte et décrit leur périple. Dans l’islam, le récit de la 18e sourate du Coran La Caverne

 évoque le récit de Jeunes Dormants, et diffère, sur certains points, de la légende chrétienne. Selon les dires rapportés dans le Coran, leur nombre est discuté et va de trois à sept, auxquels s'ajoute toujours un chien. Le Coran condamne les spéculations

 à ce sujet. Dans cette version, les Dormants sont restés dans une caverne en compagnie de leur chien, nommé Kitmir, durant 300 ans solaires, ce qui correspond à 309 ans lunaires. Ils décident d'y demeurer car la société oppressive et corrompue, selon la

foi pure en un Dieu unique, leur refuse le droit à la libre pensée et à la libre pratique religieuse. Ils ne se doutent pas cependant que le temps qui s'écoule en dehors est si long. La localisation de la caverne où s'enferment les Dormants n'est pas avérée ; toutefois, on trouve dans certains pays des endroits où sont vénérés les « Sept » saints. Une étude historique serait nécessaire pour remonter à la source des légendes, chaque contrée concurrençant l'autre par ses saints locaux. Les sept saints de Regraga, au Maroc, retiennent particulièrement l'attention. Pour concilier la foi pure en un Dieu unique, l'exigence de pauvreté et la référence à Jésus, les Ébionites constituent une alternative sérieuse à la légende chrétienne, à une époque bouleversée par les schismes.

 

 

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #2 le: 07 octobre 2016 à 16:35:21 »


*la reine de saba:

est un personnage qui aurait régné sur le royaume de Saba, situé au Yémen ou Érythrée/Éthiopie, cité dans plusieurs récits. Toutes les sources ne racontent pas les mêmes anecdotes ni les mêmes détails de la rencontre entre la reine et le roi Salomon à Jérusalem. La reine est, dans tous les cas, décrite comme une femme sublime et considérée comme un personnage d'une profonde sagesse et d'une haute intelligence , dans la Sourate 27, versets 23 à 442, la reine n'était pas fidèle à Dieu et son peuple se prosternait devant le Soleil. C'est pour cela que Salomon l'avait invitée. Puis elle s'est convertie à « la foi dans le Dieu unique ». Le nom « Balqis » n'est nullement cité dans le Coran mais dans des hadiths.

 

 

 

 

*Abel :

 Abel est un personnage de la Genèse et du Coran. Il est le deuxième fils d'Adam etÈve. Il est tué par son frère aîné Caïn, parce que Dieu a préféré son offrande à celle de son frère ,

Le Coran raconte l'histoire des fils d'Adam. Ils ne sont pas caractérisés par leur profession comme dans la Bible : l'un pasteur, l'autre agriculteur. En revanche, la tradition arabe leur donne des noms Hâbîl pour Abel et Qâbîl pour Caïn.

On rapporte qu'Adam et Eve avaient à chaque naissance un garçon et une fille. Adam interdit le mariage

des jumeaux et permit au frère d'épouser sa sœur non jumelle. Or les deux premiers fils d'Adam (Caïn et Abel) avaient une de leur deux sœurs qui était plus belle que l'autre, ils voulurent tous deux l'épouser.Personnages , prophetes et créatures dans l'islam

Pour se départager, les deux frères Caïn et Abel ont fait chacun une offrande (ou sacrifice) à Dieu (Allah), mais seule celle d'Abel fut acceptée. Par jalousie, Caïn promit alors de tuer son frère, mais celui-ci répondit :« Allah n'accepte l'offrande que de la part des pieux. Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n'étendrai pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Allah, le Seigneur de l'Univers. ».

Caïn tua quand même Abel et un très profond sentiment de remords l'envahit, il devint ainsi un perdant.

Selon les traditions religieuses, Abel serait donc le premier assassiné, le premier tué et le premier mort de l'Histoire. Son cadavre serait le premier cadavre enseveli sous terre de l'Histoire.

 

*Cain :

Caïn est le fils aîné d'Adam et Ève. Il est paysan, et a un frère Abel qui est berger. Un jour, les deux frères apportent chacun une offrande à leur Dieu : Caïn offre des fruits de la terre, tandis qu'Abel présente des bêtes de son troupeau avec leur graisse. Dieu préfère ostensiblement l'offrande d'Abel. Puis il perçoit la colère et la tristesse de Caïn, et lui enjoint de dominer le péché. Mais Caïn échoue un peu plus tard, et tue son frère dans les champs.

Personnages , prophetes et créatures dans l'islam Dieu l'interpelle mais Caïn nie son crime, puis Dieu lui apprend qu'il est maudit par le sol qui a recueilli le sang versé. Ainsi il ne pourra plus récolter, et il est condamné à errer sur la terre. Caïn assure qu'il sera tué par le premier venu, et Dieu déclare qu'alors il serait vengé sept fois, et le marque d'un signe pour qu'on l'épargne. Caïn gagne la Terre de Nod, à l'est d'Éden ; là, il connaît une femme (sa sœurAwan selon le livre des Jubilés) dont il a un enfant, Hénoch. Après sa naissance, Caïn bâtit une ville qu'il appela aussi Hénoch.

Ses descendants se distinguent par leurs vies de nomades et d'éleveurs de troupeaux, de musiciens ou de forgerons, et par leur violence. La Genèse nomme certains d'entre eux : Hénoch, Irad, Méhujaël, Méthusaël, Lamech, Jabal, Jubal, Toubal-Caïn et Naamah. La lignée de Caïn prend fin lors du Déluge à l'époque de Noé.

Selon une légende médiévale d'origine juive, Caïn sera tué accidentellement d'une flèche par l'un de ces descendants : Lamech. Dans le livre des Jubilés, il meurt la même année que Adam, dans l'effondrement de sa maison.

 

 

 

 

*Abu l'ahb :

 Abd al-`Uzza ben `Abd al-Muttalib ben Hicham al-Qurachî (mort en 624) est l'un des oncles paternels du prophéte Mohammed surnommé Abû Lahab (père du feu) ,

Lahab signifie feu, flamme. Sa condamnation est explicite dans la sourate CXI du Coran qui porte selon les traductions le titre de Abû Lahab ou La Corde.

« 

Que les deux mains d'Abû Lahab périssent et que lui-même périsse !
Ses richesses et tout ce qu'il a acquis ne lui serviront à rien.
Il sera exposé à un feu ardent
Ainsi que sa femme, porteuse de bois,
Dont le cou est attaché par une corde de fibres
 »
— Le Coran, « Abou-Lahab », CXI, (ar) المسد

Abû Lahab a été l'un des plus farouches opposants au prophète Mohammed. Il est mort de maladie peu après la défaite des Quraychites à Badr (624). Son corps a été abandonné sous les décombres de sa maison démolie après sa mort par son fils. Deux des fils de Abû Lahab ayant épousé deux des filles duPersonnages , prophetes et créatures dans l'islam  prophete.

La tradition islamique donne quelques descriptions d'Abu Lahab. Selon Tabari, ce personnage était un oncle du prophete Mohammed . Après avoir reçu le verset n°71 de la Sourate V lui ordonnant de commencer la prédication publique, il se rend au temple de la Kaaba et le récite devant les hommes. C'est dans la mosquée qu'il leur adresse le premier appel. Ensuite il va au mont Çafà, élève la voix, et tous les habitants de la Mecque s'y réunissent. le prophete Mohammed leur parle ainsi: "Quelle conduite ai-je tenue parmi vous?" Ils répondent: "Tu es un homme véridique et sûr; nous n'avons jamais entendu de toi un mensonge". Mohammed reprend: "Maintenant je dis: Je suis l'apôtre de Dieu, envoyé vers vous. Adorez Dieu et abandonnez les idoles, sinon le châtiment descendra sur vous du ciel et vous serez exterminés". Abu Lahab, son oncle, qui se trouve dans l'assistance, se lève et dit: "Toi, Mohammed, tu veux nous appeler à une religion. Sois maudit, toi et ta religion". Il engage le peuple à se retirer, en disant: "Allez, ce Mohammed est fou". Alors le Prophète récite les versets de la Sur. CXI, vers. 1 et suivants. Abu Lahab, par hostilité envers le Prophète, est réputé avoir eu l'habitude de mettre des épines sur son chemin et sur celui de ses amis, de sorte qu'ils se blessent les pieds. Et son épouse faisait de même.

Mohammed récite le verset suivant: "Adresse l'appel à tes proches parents." (Sur. XXVI, vers. 214.) Le Prophète dit: "Mes parents, ce sont les Beni-Haschim et les Beni Abd-Manâf". Il dit à Ali d'aller préparer un repas. Ali, ayant fait cuire dans le four un mouton sur du gruau, invite tous les Beni Hâschim et les Beni Manâf, de même qu'Abu Talib, Hamza, Abbas et un grand nombre d'autres personnes, et leur sert ce repas. Ils mangent beaucoup, cependant la quantité de la nourriture ne diminue pas. Abu Lahab dit: "Mohammed nous a invités aujourd'hui pour nous faire voir sa magie". Le Prophète, très affligé de ces paroles, ne leur parle point ce jour-là. Le lendemain, il fait préparer un nouveau repas et les invite. Pendant qu'ils mangent, il leur parle ainsi: "Ô mes oncles et mes cousins, je suis l'apôtre de Dieu, envoyé vers tous les hommes en général, et vers vous en particulier. Croyez en Dieu et à ma mission, et Dieu vous donnera le paradis éternel". Personne ne répond.

Puis Abu Talib dit: "Mon fils, tu as parlé et nous avons entendu; laisse-nous aller et réfléchir jusqu'à demain". Le Prophète dit ensuite: "Mes oncles et mes cousins, si vous ne cherchez pas l'autre monde, au moins recherchez le bonheur de ce monde; car Dieu répandra ma religion, et l'empire de l'Arabie, de la Perse et de Roum m'appartiendra. Y a-t-il quelqu'un parmi vous qui veuille répondre à mon appel, et que je puisse nommer mon vicaire ?". Tous gardent le silence. Alors Ali dit : "Ô apôtre de Dieu, si personne ne croit, moi je suis croyant". Le Prophète répond : "Ô Ali, tu as cru, et tu es mon frère et mon vicaire". Les autres se lèvent et sortent. Ils se moquent d'Abu Talib, en lui disant: "Mohammed a fait de ton fils ton maître".

Selon d'autres traditions, Abu Lahab est présent avec sa femme un jour où le Prophète s'adresse aux fidèles et aux Compagnons. Un ange prend la forme d'un des fidèles pour s'interposer entre le regard de son épouse et le Prophète, car elle souhaite fixer le Prophète avec ses yeux.

 

 

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #3 le: 09 octobre 2016 à 18:51:17 »


 *les enfants d'Israël
, c'est-à-dire les enfants de Ya`qoub (Jacob) et les 12 tribus d'israel : L’expression « Enfants d’Israël » revient très fréquemment dans le Coran pour désigner la descendance de Ya'qoub (يعقوب, Jacob), fils d'Ishaq (Isaac). Pour les musulmans, Jacob est le prophète Israël. Donc lorsque Dieu mentionne les enfants d’Israël, ce sont les enfants de Jacob. Le Coran le nomme Ya'qoub et aussi Isra'il (Israël), mais des exégètes attribuent depuis peu une autre étymologie à ce nom, fondé selon eux sur le mot arabe sarâ signifiant « voyager de nuit »  ,

À l’origine, les enfants d’Israël sont les douze fils de Jacob, dont descendront les Douze Tribus. La Torah les appelle tantôt « enfants de Jacob », tantôt « enfants d’Israël ». Après leur arrivée dans le pays de Goshen que leur a assigné le pharaon d’Égypte, dont l’un d’entre eux, Joseph, est le premier Personnages , prophetes et créatures dans l'islam ministre, leurs descendants se multiplient prodigieusement. Eux aussi sont appelés « Enfants d’Israël ».

Selon un midrash, Jacob est le plus grand des trois patriarches, car lui seul a pu engendrer une famille dont tous les membres sont vertueux : Abraham a donné naissance à Isaac(Itzhaq en hébreu, qui signifie « Il rira ») et Ismaël, qui aura une grande descendance, dont le prophete Mohammed est un descendant direct par le fils d'Ismael Qedar ancêtre de la tribu de Mahomet. Isaac donna naissance à Jacob et Ésaü, lequel devint un chasseur et un homme mauvais  et qui le restera toute sa vie. Il a aussi vendu son droit d’aînesse à son cadet en échange d’un plat de lentilles rouges (« Edom »).
◦Ruben
◦Siméon
◦Lévi
◦Juda
◦Dan
◦Nephthali
◦Gad
◦Aser
◦Issacar
◦Zabulon
◦Joseph

◦Benjamin





 

*Al-Aziz (poutiphar) :



Potiphar ou Putiphar (de l'égyptien ancien Pétiphra pȝ-ḥtp rˁ : l'offrande à Rê, le dieu du soleil, qu'on adorait surtout à Héliopolis) est, dans le livre de la Genèse, l'officier dupharaon qui achète comme esclave Joseph, fils de Jacob, à qui il accordera toute sa confiance.

Sa femme s'éprend de Joseph, qui refuse ses avances ; après quoi elle l'accuse d'avoir voulu la violer et le fait jeter en prison.

Dans le Coran, Potiphar est nommé al-Aziz, qui signifie, en arabe, « l'aimé » ou encore « le très cher ». Cela traduit probablement que Potiphar occupait une place importante dans le gouvernement du roi d'Égypte à l'époque de Joseph. Dans la tradition musulmane, sa femme est nommée Zouleïkha.

Il porte les titres de :
◦Officier de Pharaon, littéralement : eunuque (saris). Il est probable que ce terme, employé encore dans la suite pour désigner le chef des échansons et le chef des panetiers, avait perdu dans l'usage son sens primitif et était devenu synonyme d'officier de la cour.
◦Chef des gardes ; proprement chef des exécuteurs, de ceux qui étaient chargés d'exécuter toutes les sentences du roi et des tribunaux. On l'appellerait en langage moderne : ministre de la justice et de la police. Comme tel, il avait la surveillance de la prison d'État. Dans les inscriptions égyptiennes, un dignitaire semblable est appelé : les deux yeux du roi de la Haute-Égypte, les deux oreilles du roi de la Basse-Égypte. Dès les temps les plus reculés, la police était très bien organisée en Égypte et comptait un grand nombre de fonctionnaires de tous les degrés.






*Coré:


Coré ou Koré,est un personnage biblique, chef d'une rébellion contre Moïse et Aaron, pendant la traversée du Désert Coré figure dans le Coran sous le nom de Qarun (sourate 28 “Le récit” Al-Qasas, versets 76-82 :

76. Voici, Qârûn, du peuple de Mûssa, mais il déviait contre lui: nous lui avions donné tant de trésors qu’une forte troupe en détenait ses clés.

77. Poursuis en ce qu’Allah t’a donné, la demeure, l’Autre, mais n’oublie pas ta part de ce monde. Excelle comme Allah excelle pour toi. Ne veuille pas la corruption, sur terre: voici, Allah n’aime pas les corrompus.

78. Qârûn dit: « Ce que j’ai, est le fruit de ma science ! » Ne sait-il pas qu’Allah a exterminé avant lui des générations plus puissantes que lui en force et plus nombreuses ? Mais les coupables ne seront pas interrogés sur leurs crimes !

79. Il sort, dans ses fastes, contre son peuple. Ceux qui voulaient la vie de ce monde disent: « Ah ! Si nous avions reçu ce qui a été donné à Qârûn ! Il possède une fortune grandiose. »

80. Ceux à qui la science est donnée disent: « Aïe, le Retour d’Allah est meilleur pour qui adhère et est intègre, mais ne le rencontrent que ceux qui persévèrent. »

81. Nous l’avons fait engloutir par la terre, lui et sa demeure. Pour lui, aucun parti ne pouvait l’aider, contre Allah, il était sans aucune aide.

82. Au matin, ceux qui, la veille, jalousaient sa place disent: « Allah dispense sa provende à celui qu’il veut de ses serviteurs. » Si Allah ne nous favorisait pas, il nous aurait engloutis. Les effaceurs ne seront pas féconds !






*Mariam


Maryam, Mariam ou Meryem (en arabe : مريم‬), est le nom de la mère de Îsâ, le nom sous lequel est appelé Jésus dans le Coran et la tradition musulmane. Maryam est la forme araméenne du nom « Marie », alors que Myriam en est la forme en hébreu. Elle est considérée comme vierge dans le Coran, de même que dans le Nouveau Testament, et elle est aussi honorée dans l'islam. En outre, l'islam et le christianisme professent tous deux la conception virginale de Jésus/Îsâ dans son sein. Elle est la seule femme nommément citée dans le Coran, et la dix-neuvième sourate porte son nom. Elle est d'ailleurs citée plus souvent dans le Coran que dans le Nouveau Testament, bien qu'elle ait plus d'importance dans le christianisme que dans l'islam. Le prénom Maryam est courant parmi les musulmanes.

La famille de Maryam

Le Coran fait référence à Maryam comme faisant partie de la maison d'Imran (en hébreu Amram). Maryam est la fille d'Imran , dont le nom a été donné à une sourate "la famille d'Imran" dans le Coran . Celui-ci est considéré par les musulmans comme l'un des hommes vertueux présents à Jérusalem à cette époque. La femme d'Imran , la mère de Maryam, porte le nom de Hannah (l'équivalent arabe d'Anne), fille de Fanqudh . Elle est également honorée par les musulmans comme femme très vertueuse, à l'instar de sa fille. Maryam est aussi appelée la « sœur d'Aaron ». Cette identification à Aaron, frère de Moïse, a été établie pour mette en avant le lignage de Marie puisque c'est en raison de son ascendance aaronique qu'elle peut servir dans le Temple.

Arbre généalogique


   'Îmran Joachim ┐   ├  Îsâ - Jésus;
    ├  Maryam - Marie  ┘
┌  (Hannah) Anne °  ┘   

└  Élisabeth °  ┐
    ├  Yahyâ - Jean le Baptiste 
   Zacharie  ┘
  ° Personnage non cité par son nom dans le Coran

Le récit de Maryam

Maryam est fréquemment citée dans le Coran, aussi bien dans des versets mecquois que médinois. Il est surtout question d'elle dans les sourates 3 et 19.

Sa naissance

La naissance de Maryam est relatée dans la troisième sourate du Coran. La littérature islamique raconte qu'Imran et Hannah étaient âgés et sans enfants, mais qu'un jour, la vue d'un oiseau sur un arbre donnant la becquée à son petit suscita le désir d'un enfant dans le cœur de Hannah. Elle pria Allah de satisfaire à son désir d'enfant et s'engagea à vouer l'enfant au service d'Allah, si sa prière était réalisée. Elle pria que son enfant soit protégé de Satan, et la tradition islamique rapporte un hadith qui affirme que les seuls enfants nés sans le contact de Satan étaient Maryam et Îsâ.

Ses premières années

Le Coran dit que Maryam grandit en prière dans le temple, où elle avait pour elle une place spéciale. Elle était confiée au prophète Zechariah (Zacharie dans la Bible). Les récits islamiques indiquent que des anges furent envoyés pour être les gardiens de Maryam, et c'est ainsi qu'elle fut placée sous la protection de Zechariah. Chaque fois que Zechariah entrait dans la chambre de Maryam, il trouvait auprès d'elle de la nourriture. Il lui demandait d'où cela provenait, et elle répondait qu'Allah donne de la nourriture à qui Il veut sans compter. Des érudits de l'islam ont débattu pour savoir si la nourriture que recevait Maryam avait une origine miraculeuse ou bien normale. Les tenants de l'origine surnaturelle de cette nourriture avancent que si cette nourriture avait une origine naturelle, Zechariah, étant prophète, aurait su que la nourriture vient habituellement d'Allah par des voies naturelles, et n'aurait pas posé de question.

L'annonciation

Une mention explicite de l'annonciation figure dans la sourate 19, au verset 20, où Maryam demande à Gabriel comment elle pourrait concevoir un fils alors qu'elle est vierge. La réponse de Gabriel assure Maryam que pour Allah, tout est possible, et que la naissance virginale de Îsâ sera un signe pour l'humanité. Il est aussi question de la naissance de Îsâ dans la sourate 66, au verset 12, qui dit que Maryam resta pure, alors qu'Allah permit que la vie se formât dans le sein de Maryam. Une troisième mention de l'annonciation apparaît dans la sourate 3, au verset 42, quand Maryam reçoit l'heureuse nouvelle qu'elle a été choisie parmi toutes les femmes de la création. Selon l'exégèse coranique et la littérature islamique, Gabriel apparut à Maryam, qui était encore jeune, sous la forme d'un bel homme au visage lumineux, et lui annonça la naissance de Îsâ. Après son étonnement immédiat, elle fut rassuré par la réponse de l'ange, qui lui dit que tout était possible à Allah.

Les commentateurs du Coran remarquent dans le verset de la sourate 3 que Maryam était proche d'être une femme parfaite et qu'elle était dépourvue de presque toute imperfection. Bien que l'islam révère de nombreuses femmes, dont Khadidja et Fatimah, la femme et la fille de Mahomet, nombre de commentateurs interprètent ce verset dans un sens absolu, et affirment que Maryam fut la meilleure femme de tous les temps. D'autres commentateurs, cependant, tout en maintenant que Maryam est la « reine des saints », ont interprété ce verset comme indiquant que Maryam fut la meilleure femme de tous les temps, et que Fatimah et Khadidja furent aussi vertueuses qu'elle.

La naissance virginale de Îsâ



Maryam sous le dattier avec Îsâ nouveau-né.

Le Coran raconte la naissance virginale de Îsâ dans les sourates 3 et 19. Le récit le plus détaillé est dans la sourate 19, versets 17 à 34. L'exégèse dit qu'elle eut lieu peu après l'annonciation. Le récit de la naissance virginale de Îsâ est assez différent de son équivalent du Nouveau Testament. Le Coran dit que Maryam était au milieu du désert et que les douleurs de l'enfantement commencèrent alors qu'elle était sous un palmier. Maryam pleura de douleur et se tint au palmier. À ce moment elle entendit une voix qui venait d'en dessous d'elle. Certains estiment que cela fait référence à Îsâ qui était encore dans son sein. Cette voix lui disait de secouer le palmier pour en faire tomber des dattes, et de les manger pour être apaisée. Le Coran continue en disant que Maryam fit le vœu de ne pas parler à un homme durant ce jour, car Allah allait faire parler Îsâ dans son berceau, son premier miracle. Maryam apporta l'enfant Îsâ au temple, où tous les hommes commencèrent à se moquer d'elle, excepté Zechariah, qui croyait en la naissance virginale de Îsâ. Les Juifs accusèrent Maryam, est-il raconté, d'avoir eu une relation sexuelle hors mariage. C'est alors que Îsâ, dans son berceau, parla et prophétisa.

Maryam dans la tradition islamique

Maryam est l'une des personnes les plus respectées de l'histoire islamique. Le Coran et les traditions prophétiques la décrivent comme une des meilleures femmes de tous les temps:

"(Rappelle-toi) quand les Anges dirent : "ô Marie, certes Allah t'a élue au-dessus des femmes des mondes."

"Beaucoup d’hommes ont atteint la perfection, mais parmi les femmes, seules Maryam fille d'Imran, (et) Assia, la femme de Pharaon l’ont atteinte"

"Les meilleures femmes parmi les habitants du Paradis : Khadijah la fille de Khouwaïlid, Fatimah la fille de Mohammed, Maryam la fille d'Imraane et Aassyah la fille de Mouzaahim l'épouse de Pharaon






*Les apôtres de Jésus:



Il fait partie de la croyance islamique de croire que Jésus (appelé Îsâ) avait des apôtres autour de lui. La tradition enseigne qu'ils étaient cependant musulmans, dans le sens qu'ils étaient soumis à Dieu (Allah). Dans le Coran, les apôtres sont appelés hawâriyyoûn (arabe : الْحَوَارِيُّونَ, disciples) et sont mentionnés à plusieurs reprises :


« Et je (Jésus) confirme ce qu'il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j'ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc : voilà le chemin droit." Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit : « Qui sont mes alliés dans la voie de Dieu ? » Les apôtres dirent : « Nous sommes les alliés de Dieu. Nous croyons en Dieu. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis (lit. musulman). Seigneur ! Nous avons cru à ce que Tu as fait descendre et suivi le messager. Inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent. » Et ils [les autres] se mirent à comploter. Dieu a fait échouer leur complot. Et c'est Dieu qui sait le mieux leur machination ! »

— Coran, sourate 3 : La famille d’Imran, versets 50-54.


« ô vous qui avez cru ! Soyez les alliés d’Allah, à l’instar de ce que Jésus fils de Marie a dit aux apôtres : « Qui sont mes alliés (pour la cause) d’Allah ? » - Les apôtres dirent : « Nous sommes les alliés d’Allah ». Un groupe des Enfants d'Israël crut, tandis qu’un groupe nia. Nous aidâmes donc ceux qui crurent contre leur ennemi, et ils triomphèrent. »

— Coran, sourate 61 : Le rang (As-Saff), verset 14.

Les musulmans pensent que les disciples de Jésus étaient des Enfants d'Israël conformément au fait qu'il leur fut envoyé afin de leur rappeler d'observer les commandements de Dieu. Le Coran ne mentionne pas leur noms ni même leur nombre ou encore des détails concernant leur vie. Cependant, certains exégètes musulmans sont plus ou moins d'accord avec la plupart des apôtres figurant dans le Nouveau Testament comme Pierre, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, André, Jacques, Jude, Jean et Simon, mais gardent beaucoup de réserve. Les exégètes tracent un parallèle entre les disciples de Jésus et les compagnons du prophete Mohammed.

 

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #4 le: 13 octobre 2016 à 18:37:06 »
*Luqman le Sage:



  (Locman ou Loqman) (en arabe : لقمان) est le nom d'un sage pré-islamique dont le nom est mentionné dans la trente et unième sourate du Coran. Selon la tradition islamique, Luqman est connu pour être un sage, qui aurait vécu au xie siècle av. J.-C. et viendrait d'Abyssinie, d'Égypte ou de Palestine. Il aurait vécu auprès d'un puissant roi qui le respectait beaucoup.

Luqman est toujours décrit comme ayant de grandes qualités morales. Un jour, il s'endormit sous un arbre et eut la vision d'un ange venant jusqu'à lui, qui lui révéla qu'Allah voulait lui conférer un cadeau : soit le don de la sagesse, soit la prophétie. Luqman choisit la sagesse et lorsqu'il se réveilla, il remarqua que ses sens et sa compréhension avaient changé, il se sentait en complète harmonie avec la nature et pouvait comprendre le sens profond des choses, au-delà de leur réalité physique. Immédiatement, il se prosterna pour remercier Dieu et le louer pour ce merveilleux cadeau. Luqman fut ensuite capturé par des négriers et vendu comme esclave. Il patienta dans cette épreuve jusqu'à ce qu'un homme eut envie de l'acheter. Cet homme était connu pour être juste et traita Luqman avec gentillesse. Très vite, l'homme en question se rendit compte que Luqman n'était pas un homme comme les autres et voulut mettre sa sagesse à l'épreuve en lui ordonnant d'abattre un mouton et d'en ramener les deux meilleures parties. Luqman s'exécuta et rapporta le cœur ainsi que la langue du mouton. Le maître sourit et comprit qu'il y avait un sens à ce geste mais il ne savait pas exactement lequel. Quelques jours plus tard, il dépêcha Luqman pour lui faire effectuer la même tâche, mais cette fois-ci en lui disant de ramener les deux plus mauvaises parties. À sa grande stupéfaction, Luqman ramena les mêmes organes. Alors son maître lui demanda comment ces deux organes pouvaient être à la fois les meilleurs et les pires. Luqman lui répondit que le cœur et la langue sont les meilleurs organes à condition que leur propriétaire soit pur et dans le cas contraire, ce sont les pires des organes car ils mènent à l'Enfer.

La tombe de Luqman se trouverait dans le village de Sarafand au Liban ou les hauteurs de Ramallah en Palestine.

 

*Talut (Saul)

 

Dans le Coran, Saül est désigné sous le nom de Tālūt (arabe : طالوت). Comme dans la Bible, il est le premier roi d'Israël, choisi par le prophète Samuel après que le peuple d'Israël lui ait demandé de lui désigner un roi pour diriger les combats à venir. Les Israélites critiquent Samuel parce que Saül n'est pas de la descendance de Juda et qu'il leur est étranger. Samuel leur reproche ce comportement. Saül conduit finalement les Israélites vers la victoire sur l'armée de Jālūt (Goliath), lequel est tué par Dāwūd (David). Saül n'est pas considéré comme un prophète.

 

 

Catégories IslamPeuples et cités dans le coranCatégories Islam

 

*Les Gogs et Magogs :

les gogs est magogs sont 2 peuples emprissoné sous terre par Zul-Quarnayn , Deux suppositions sont faites au sujet de l’étymologie des termes « Gog et Magog » comme le souligne As-Saffarini. Tout d’abord, concernant leur écriture en arabe, on prononce Ya-juj et Ma-juj avec ou sans la Hamza. Ensuite, il proviendrait de Ajij signifiant l’incandescence du feu, raison de leur nombre impressionnant et de leur férocité. Il proviendrait éventuellement de Ujaj : qui correspond à une eau fortement salée. Une troisième hypothèse serait de dire que ces deux vocables sont entrés dans la langue sans n’avoir spécialement de racine linguistique. Ibn Majah rapporte d’après Abu Sa’id Al-Personnages , prophetes et créatures dans l'islam Khudri que le Messager d’Allah a dit : « Gog et Magog seront délivrés, ils déferleront sur le monde comme le Seigneur l’a dit : « déferlant de toute part ». (Sourate Al-Anbiyah, v.96). Ils se répandront sur toute la terre et les musulmans les fuiront. La reste des musulmans le réfugieront dans leurs abris où ils emporteront même leurs troupeaux. [Les premiers parmi Gog et Magog] passeront près d’un point d’eau et boiront sans rien y laisser. Après leur passage, les retardataires diront : « Il y avait un point d’eau à cet endroit. » Quand ils domineront la terre, et l’un d’eux dira : « Nous en avons fini avec les occupants de la terre, mesurons-nous à présent aux occupants du ciel. » L’un d’entre eux jettera sa lance en direction du ciel, elle lui reviendra couverte de sang. Ils diront : « Nous avons tué les gens du ciel ! » A ce moment, Allah enverra contre eux des vers comme des larves de criquets qui s’accrocheront à leur cou. Ils mourront comme des sauterelles, les uns sur les autres. Quand les musulmans n’entendront plus leur vacarme,ils diront : « Qui d’entre vous donnera son âme afin de voir ce qui se passe ? » Un homme se portera volontaire, convaincu qu’il court à la mort, il les trouvera alors morts. Il criera : « Victoire ! Votre ennemi est mort ! » Les hommes sortiront de leurs abris et libèreront leurs troupeaux qui n’auront d’autre pâturage qui les carcasses [de Gog et Magog] pour les engraisser, meilleures que tout pâturage qu’ils aient jamais goûté. » Sahih, rapporté par Ibn Majah (4079).

 On rapporte que ‘Atiyah ibn Hasan a dit : « Gog et Magog sont deux peuples, composé chacun de quatre cent milles âmes, aucun ne se ressemble. » On rapporte que le Prophète (SallAllahu’alayhi wa salam) a dit : « Gog est un peuple composée de quatre cents chefs, tout comme le peuple de Magog. Aucun d’eux ne meurt avant d’avoir laissé mille cavaliers de sa descendance. Ils sont de trois types : les uns dont les membres sont grands comme un grain Personnages , prophetes et créatures dans l'islam de riz, les autres grands comme cent vingt coudées, et d’autres encore dont les oreilles pendent au sol et se touchent. Ils ne passeront pas près d’un éléphant ou d’un porc sans le dévorer. Ils dévoreront même leurs morts. La tête des troupes se trouvera dans le Shâm, tandis que les derniers seront à Khurasan. Ils assècheront tous les fleuves d’Orient et le lac de Tibériade. Mais Allah les empêchera de pénétrer Médine, la Mecque, et Al-Aqsa. » On rapporte qu’ils mangent tous les insectes, les serpents, les scorpions et tout être vivant parmi les créatures d’Allah sur terre. Allah n’a jamais crée une espèce se développant autant dans la même année. Aucune autre espèce ne peut se multiplier et se reproduire autant qu’eux. Ils se regrouperont comme des pigeons, aboieront comme des chiens, et s’accoupleront n’importe où comme du bétail, comme cela est rapporté dans Al-Qasd wal-Umam fi Ansab Al-‘Arab wal-‘Ajam dans lequel l’auteur dit : « Parmi eux, certains ont des cornes, une queue et de longues dents pour manger la chair fraîche. » On rapporte que Al-Awza’i a dit : « Le monde sera coupé en sept parties, six d’entre elles seront composées de Gog et Magog, et la dernière du reste de l’humanité. »

 

*Les Ad's et leur cité Iram (Ubar)*


"Et quant aux 'Ad, ils furent détruits par un vent mugissant et furieux, qu'Allah déchaîna contre eux pendant sept nuits et huit jours consécutifs; tu voyais alors les gens renversés par terre telle des souches de palmiers évidées; en vois-tu le moindre vestige?" (Surah al-Haqqa:6-8)

Les 'Ād  furent un peuple d’Arabie cité à plusieurs reprises par le Coran, dont la capitale aurait été Iram, aussi nommée Ubar. Dans le Coran, Ce peuple était constitué d’anciens sémites, les premiers pères des arabes. Le royaume 'Ād perdura du Xe siècle avant J-C au IIIe siècle de l’ère chrétienne. Leur premier contact avec les Grecs eut lieu grâce au géographe Ptolémée, qui nomma ce peuple les Ubarites (Iobaritae), d’après leur capitale.

Il semble que les 'Ād vivaient entre l’actuelle partie Est du Yémen et la partie Ouest d'Oman, au nord de la mer d’Arabie, jusqu’aux monts Dhofar et jusqu’au désert de Rub' al Khali. Certains savants pensent que c’est dans cette région que commença la domesticationdu chameau. La ville de Ubar, située dans cette région, fut une plaque tournante du commerce de l’encens ancien.

La cité de Ubar, ou Iram était vraisemblablement parvenue à la prospérité grâce au commerce de l’encens. Elle fut renommée aussi pour la construction de piliers. À une période indéterminée entre le IIIe et le VIe de l’ère chrétienne, le royaume des 'Ād s’effondra, peut-être à cause d’une catastrophe naturelle ayant détruit la ville de Ubar.

D'après la tradition, le peuple 'Ād descend d’un grand-oncle de Sem, l’un des trois fils de Noé, lui-même père des sémites. La tribu des 'Ād s’installa à l’Est de la tribu des Qahtan, et établit le royaume de 'Ād dans le Sud de l’Arabie, peut-être entre l’an 10 avant J-C et l’an 3 après J-C. On connaît d’eux trois personnages majeurs. Leur fondateur est traditionnellement Ad ibn Kin'ad, qui vécut entre le XXIIIe et le Xe siècle avant J-C. Aldahn Khuljan est un autre chef important qui vécut entre au IVe ou au IIIe siècle avant J-C. Enfin, selon la légende, Shaddad vécut entre le VIe et le IVesiècle. Les Himyarites le considèrent comme le fondateur des 'Ād.

Le Coran affirme que la ville de Iram fut détruite par Allah après que les 'Ād transgressèrent, semèrent la corruption et adorèrent des idoles. Le prophète Houd leur fut envoyé pour les mettre en garde, car ils vouaient un culte à la Ceinture d’Orion (arabe : النجم الشعرى). Selon le récit coranique, les habitants n’écoutèrent pas les avertissements du prophète et refusèrent d’adorer Allah, et la ville fut détruite par une grande tempête de sable.

Des ruines de Ubar furent découvertes en 1992 par Ranulph Fiennes, Juris Zarins, Nicholas Clapp et George Hedges. En recoupant les données archéologiques et le récit du Coran, les archéologues conclurent que la destruction de la cité fut le fait d’une météorite qui occasionna des tempêtes de sable.

*Iram (Ubar) la cité perdue :

 Iram cité des piliers  également appelée Irem, Ubar, Wabar ou la Cité des mille piliers, est une cité perdue située dans la Péninsule arabe ,

Ubar est mentionnée dans d’anciens écrits et dans la tradition orale comme un important centre commercial du désert de Rub' al Khali, situé dans la partie sud de la péninsule arabe. On estime qu’elle a existé de 3000 av. J.-C. jusqu’au ier siècle. La cité disparaît dans le monde moderne et n’est plus évoquée que dans quelques légendes.Personnages , prophetes et créatures dans l'islam

Le Coran dit qu’Iram fut bâtie par la tribu de ʿĀd, arrière-petits-enfants de Noé. D'après le Coran, c’était alors une ville riche et décadente, dont les habitants, polythéistes, pratiquaient les sciences occultes. Son roi, Shaddad, refusa de prendre en compte les avertissements du prophète Houd et Allah détruisit la ville en l’enfouissant sous les sables la transformant ainsi en véritable Atlantis des sables. Ils furent détruits par un vent mugissant et furieux.

 

 La première découverte fut celle de tablettes dans les archives d’Ebla qui mentionnent explicitement le nom d’Iram. La seconde provient de l’étude par des archéologues de photos du golfe Persique prises depuis la navette spatiale Columbia en 1984. Ces photos montrent clairement plusieurs traces de villes détruites tout le long de la route de l'encens entre les années 2800 av. J.-C. et 100. L’une d’entre-elles à l’extrémité est d’Oman dans la province de Dhofar est une ville nommée Ubar, qui est généralement identifiée comme étant Iram.

Au début des années 1980, un groupe de chercheurs s’intéresse à l’histoire d’Ubar. Ils utilisent alors des données provenant des satellites équipés d'un radar à pénétration de solet le Landsat de la NASA, ainsi que le satellite Spot pour retrouver les anciennes routes chamelières et leurs points de convergence. Des fouilles permettent ensuite de mettre au jour une forteresse servant à protéger la route et surtout un point d’eau sous la forme d’une vaste caverne sous la forteresse. Cette caverne se serait effondrée entre 300 av. J.-C. et350 av. J.-C., bloquant ainsi l’accès à la source.

Personnages , prophetes et créatures dans l'islam En 1992, un archéologue amateur, Nicholas Clapp prétend avoir découvert la ville en utilisant les données de la NASA. Il la situe alors également sur l’un des points d’eau, sur laroute de l'encens menant des montagnes Omani jusqu’aux riches cités du Nord. Cette cité aurait été détruite pour moitié dans une gigantesque doline puis abandonnée par ses habitants.

Une équipe dirigée par Ranulph Fiennes qui fouillait les ruines du fort de Shis'r datant du xvie siècle trouve, sous le fort, les restes d'une cité qu'elle pense être Ubar, l’Atlantis des sables (selon l’expression de T. E. Lawrence).

De fait, Ubar n’était pas le nom de la ville, mais celui de la région. Au iie siècle, Ptolémée dresse une carte sur laquelle, il nomme la zone Iobaritae (Ubarite en français). Par la suite, la légende se concentrera sur la ville et utilisera le nom de la région pour la désigner.

 

*Les Thamuds et leur cité Mad'in salih (al-hijr)* :

 « [Salih dit à son peuple, les Thamoud] : « Vous laissera-t-on jouir de votre présente situation en toute sécurité, parmi des jardins et des sources, des cultures et des palmiers chargés de fruits?  Et vous taillez habilement des demeures à même les montagnes… » (Coran 26:146-149)

Le peuple de Thamūd ou Thamoud est un ancien peuple arabe qui comme les ʿĀd, Iram (Aram) , avait disparu. En effet, des références d’origine africaine-non arabe existent au nom du peuple de Thamūd. Cependant, une

Personnages , prophetes et créatures dans l'islam inscription de Sargon II(715 av. J.-C.) mentionne Thamūd comme un peuple de l’Arabie orientale et centrale. Ils sont aussi nommés dans Aristote, Ptolémée et Pline l'Ancien sous le nom deThamudaei, Thamoudéens ou Thamudènes. On les appelle aussi Thamoudites ou Thémoudites.

 

*Mad'in salih (Al-hijr):*

Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) passa, une fois, par la ville fantôme de Madayn Salih (photos ci-dessus et ci-dessous), taillée à même le roc, par les Thamoud, et il dit :

                             « N’y entrez qu’en pleurant, car cet endroit est un lieu de châtiment divin. »

Le site d’Al-Hijr en Arabie saoudite est encore plutôt méconnu. Ce site est bien davantage qu'une nécropole troglodyte. Al-Hijr a été une véritable ville, même si les principaux vestiges actuellement visibles sont les hypogées creusés dans le grès rouge du désert. Il a existé une ville et un domaine agricole irrigué. Les Nabatéens, anciens pasteurs nomades devenus sédentaires, se sont établis à Al-Hijr. Les relations entre Al-Hijr et la capitale des Nabatéens, Pétra, restent obscurs.

Le site archéologique de Al-Hijr (Madâ’in Sâlih), est le premier site d’Arabie saoudite inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Al-Hijr est un témoignage unique de la civilisation nabatéenne. Avec près de cent tombes monumentales aux façades décorées et ses puits, le site est un exemple exceptionnel de la qualité de l’architecture des Nabatéens et de leur maîtrise des techniques hydrauliques.

Dans le Coran


Le peuple de Thamud est cité 26 fois dans le coran, comme un peuple troglodyte et rebelle, de confession polythéiste, n’ayant pas voulu écouter son prophète Sâlih.Personnages , prophetes et créatures dans l'islam

L’histoire rapportée dans le Coran se résume ainsi. Dieu envoie le prophète Sâlih pour appeler les Thamoudéens à se convertir au monothéism. Des opposants lui demandent de montrer une preuve de sa mission divine. Sâlih demande alors à Allah d'envoyer une preuve. Un rocher se fissure alors, laissant apparaître une chamelle d'une impressionnante corpulence, la « chamelle de Dieu », et il ordonne de ne lui faire aucun mal et de partager avec elle la source d’eau, sous peine d’un terrible châtiment. Dans un autre passage, il est précisé que ce partage consiste à laisser la chamelle boire seule un jour, et les Thamoudéens un autre jour. Ces adversaires passent outre cette menace. Ils tuent la chamelle et mettent Sâlih au défi de réaliser ses menaces. Sâlih leur dit qu’il ne leur reste que trois jours à profiter de leurs habitations avant que la menace ne se réalise. Un seul cri (Sayha) détruit les Thamoudéens. La nature du cri est décrite comme un hurlement produit par un ange, causant un énorme tremblement, cité dans la sourate VII, le mot employé signifie tremblement (Rajf) en revanche dans la sourate XLI le mot employé signifie foudre (Sâ`iqa).

Tabari (839-923)


 

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #5 le: 16 octobre 2016 à 18:09:19 »



Dans La Chronique, Tabari raconte l’expédition du prophete Mohammed à Tabûk en l’an 8 de l’hégire (630). Cette campagne est menée sans qu’il y ait de bataille :


« Lorsque le Prophète arriva à Tabouk, grande ville habitée par des chrétiens, il ne rencontra pas de trace de l’armée romaine qu’il y croyait réunie. Il y résidait un prince, nommé You’hanna, fils de Rouba, qui possédait une grande fortune. Quand le Prophète vint camper aux portes de Tabouk, You’hanna sortit de la ville et fit la paix avec lui, en consentant à lui payer un tribut. »

— Tabari, op.cit., vol. II, « Mohammed, sceau des prophètes (Expédition de Tabouk) », p. 306-311 .

Personnages , prophetes et créatures dans l'islam Tabari ajoute de nombreux détails merveilleux à l’histoire des Thamoudéens et de leur prophète Sâlih :


« Or Çâli’h dit aux Thémoudites : Quel miracle demandez-vous ? Ils répondirent : Nous demandons que tu fasses sortir de ce rocher une femelle de chameau dont le poil soit rouge, avec un petit à poil rouge comme sa mère ; il faudra qu’ils marchent et qu’ils mangent de l’herbe, alors nous croirons en toi. Çâli’h leur dit : ce que vous demandez est facile à Dieu ; et il se mit en prière. Alors le rocher mugit et se fendit par l’ordre de Dieu, et lorsqu’il se fendit, il en sortit une femelle de chameau à poil rouge avec un petit qui courait auprès d’elle. »

— Tabari, op. cit., vol. I, « De la création à David (Histoire du prophète Çâli’h et des hommes qui étaient avec lui) », p. 119-124 .

Dans la suite de ce passage, il est précisé que la chamelle pouvait boire l’eau de la source un jour sur deux, et qu’elle aurait vécu trente ans sans être importunée. Que son meurtrier devait être un enfant roux aux yeux bleus. Pour éviter la catastrophe dont ils sont menacés, les Thamoudéens décident de tuer à la naissance tous les enfants présentant ces deux caractères. Neuf enfants sont ainsi tués. Les neuf pères de ces enfants persuadent le père d’un dixième enfant blond aux yeux bleus, de ne pas tuer son fils. Ils accusent Çâli’h d’être la cause de ces assassinats qu’ils estiment non justifiés. Ils se résolvent à tuer eux-mêmes la chamelle, mais ils sont tous les neuf écrasés par un rocher. Çâli’h est alors accusé d’être la cause de la mort des enfants et de leurs pères. L’enfant roux survivant tue alors la chamelle, mais le petit parvient à s’échapper dans la montagne d’où il est sorti.

Ibn Battûta (1304-1369)


Vers 1326, Ibn Battûta, de retour de son pèlerinage à la Mecque, passe à Tabûk :


« Le cinquième jour, depuis le départ de Taboûc, la caravane arrive au puits de Hidjr, je veux dire les demeures des Thamoudites contient beaucoup d’eau ; mais aucune personne n’y descend, quelle que soit la violence de sa soif, et cela par imitation de la conduite de l’envoyé de Dieu, lorsqu’il y passa dans son expédition contre Taboûc. Or il hâta la marche de sa chamelle, et il ordonna que nul ne bût de l’eau de ce puits. Ceux qui s’en étaient servis pour pétrir de la farine la donnèrent à manger aux chameaux.
Dans ce lieu se trouvent les habitations de Thamoud, taillées dans des montagnes de pierres rouges. Elles ont des seuils sculptés que celui qui les voit croit être de construction récente. Les ossements cariés de ce peuple sont dans l’intérieur de ces maisons ; et notez que cela offre un grand exemple. Ici se voit l’endroit où s’est accroupie la chamelle de Sâlih, entre deux montagnes, dans l’intervalle desquelles existent des traces d’une mosquée, où l’on va prier. La distance d’El-hidjr à l’El`ola est d’une demi-journée et même moins. »

— Ibn Battûta, op.cit, vol. I , « 4. Le pèlerinage de La Mecque », p. 212-213 (.pdf) .

Ibn Kathir (1301-1373)


Ibn Kathir dans son histoire histoire de l’islam la Bidâya précise encore le mythe. Thamûd, l’éponyme des Thamoudéens, est un petit-fils de Noé :


« Thamoud était une tribu célèbre qui fut nommée après leur aïeul Thamoud le frère de Jadis. Tous deux étaient fils de Athir ibn Iram ibn Sem ibn Noé.
Ils étaient des Arabes qui vivaient entre le Hijaz et Tabouk. Le Prophète passa du côté de cet endroit quand il alla avec les musulmans à Tabouk. Ils vécurent après le peuple de Ad, et adorèrent les idoles comme Ad. »

— Omar Ibn Kathir, op. cit. , « L’histoire de Saleh », p. 109 .


« Il est aussi dit que ces deux nations n’étaient pas citées dans la Bible (La torah et l’Évangile). Cependant, quand nous lisons le Coran nous trouvons que Moïse connaissait leur histoire et informa son peuple au sujet de leurs conséquences. »

— Omar Ibn Kathir, op. cit., « L’histoire de Saleh », p. 116 .

Dans le récit d’Ibn Kathir, la particularité de la chamelle n’est pas dans la couleur de son pelage mais dans sa taille gigantesque :


« Les Thamoud s’assemblèrent un jour dans leur assemblée, le Prophète Saleh se rendit auprès d’eux et les appela à la voie d’Allah,.... Ils lui dirent : "Si vous pouvez seulement produire de ce rocher (en pointant vers un rocher particulier) une chamelle avec ces caractéristiques (et ils citèrent des qualités et qu’elle devait avoir la longueur de dix mètres)". »

— Omar Ibn Kathir, op. cit. , « L’histoire de Saleh (La chamelle) », p. 119 .

Comme dans La Chronique de Tabari, la chamelle sort du rocher après que Sâlih a fait une prière. Mais contrairement à Tabari, la décision de tuer la chamelle est prise en commun par les chefs de la tribu. Leur chef nommé Kédar ibn Salif ibn Joudaa, né en dehors du mariage, est désigné pour exécuter le meurtre. Un peu plus loin Ibn Kathir explique comment huit autres insurgés se regroupent autour de Kédar ibn Salif ibn Joudaa pour tuer la chamelle.

L’habitude de ne pas boire l’eau du puis de Tabouk est une conséquence de l’expédition menée par Mahomet : « Le Prophète passa à côté de cet endroit quand il alla avec les Musulmans à Tabouk ». Ibn Kathir ajoute :


« Abdoullâh ibn Omar dit : "Quand le Prophète vint avec les gens à Tabouk, il campa à Al-Hijr près des maisons des Thamoud. Les gens burent des mêmes puits desquels les Thamoud buvaient. Ils pétrirent leur farine de cette eau et commencèrent le repas. Le Prophète les empêcha. Ainsi ils jetèrent ce qui était déjà cuit dans leurs pots et donnèrent la farine pétrie aux chameaux. »

— Omar Ibn Kathir, op. cit. , « Le Prophète près des ruines de Thamoud », p. 127 .

Mohammed interdit aux musulmans d'entrer « dans ces endroits où les Thamoud furent punis par Allah. » et de passer à côté sans pleurer sur leur sort. Au dire d’Ibn Kathir si les Thamoud ont creusé leurs habitations dans le rocher c’est parce qu’ils vivaient trop longtemps et qu’une maison de terre séchée aurait duré moins longtemps que ses habitants.

Personnages , prophetes et créatures dans l'islam Ibn Khaldûn (1332-1406)


On trouve la même anecdote dans Ibn Khaldûn, qui réfute l’affirmation que les Thamoudéens aient été des géants :


« L’erreur de ces conteurs est due au fait qu’ils ont été impressionnés par les monuments des anciennes nations. … Ils se sont donc imaginé, à tort, que cela était dû a la force et a l’énergie d’hommes de très grande taille. … Comme on le voit, c’est une opinion qui n’a d’autre fondement que l’arbitraire pur. Elle ne s’appuie ni sur une raison naturelle ni sur une base logique. Nous pouvons voir de nos yeux les habitations et les portes des anciens, ainsi que les procédés qu’ils avaient utilisés pour la construction de leurs immeubles, leurs monuments, leurs maisons et leurs demeures, comme, par exemple, celles des Thamud, taillées dans le rocher, petites, avec des portes étroites. Le Prophète a indiqué que c’était bien là, les habitations des Thamud. Il a interdit de se servir de leur eau. Le pain fait avec cette eau a été jeté et l’eau répandue par terre. Il a dit: « N’entrez dans les maisons de ceux qui se sont nui à eux-mêmes qu’en pleurant, de crainte que vous subissiez le même sort. » »

— Ibn Khaldûn, op.cit., vol. I, « Muqaddima III, XVI. Réalisations et puissance originelle. », p. 450 .

 



 

Le Bouraq : Le Bouraq ou Burak est, selon la tradition islamique, un coursier fantastique venu du paradis, dont la fonction est d'être la monture des prophètes. Selon l'histoire la plus connue, au VIIe siècle, le Bouraq fut amené par l'archange Gabriel pour porter le prophète de l'islam, Mahomet, de La Mecque à Jérusalem, puis de Jérusalem au ciel avant de lui faire effectuer le voyage de retour au cours de l'épisode dit Isra et Miraj (signifiant respectivement en arabe : « voyage nocturne » et « échelle, ascension », qui est le titre d'un des chapitres du Coran). Le Bouraq a aussi porté Ibrahim (Abraham) lorsqu'il rendit visite à son fils Ismaïl (Ismaël), à la Mecque. Il est un sujet d'iconographie fréquent dans l'art musulman, où il est généralement représenté avec une tête de femme, des ailes, et une queue de paon. Le mot « Bouraq » est de la même famille linguistique que le mot arabe برق qui signifie « éclair ».

 


« Gloire à Dieu, créateur des cieux et de la terre, celui qui emploie pour messagers les anges à deux, trois et quatre paires d’ailes ; il ajoute à la création autant qu’il veut ; il est tout-puissant. »

— Le Coran -Fathr-

 


Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #6 le: 20 octobre 2016 à 15:18:18 »
 

*l'ange Gabriel :

Cet Archange est considéré par les trois monothéismes comme l’Ange le plus proche de Dieu, et il bénéficie d’un rôle primordial dans la relation qui unit Dieu à sa créature. L’islam lui attribue le qualificatif d’esprit de Dieu « Rouf al-Qudus ». Ainsi, c’est lui qui fut, selon la Tradition, envoyé à Abraham (PBSL) lorsque ce dernier proclama l’unicité divine au sein de sa tribu et manqua de se faire brûler vivant pour cet acte de rébellion. 66. Il dit : “Adorez-vous donc, en dehors d'Allah, ce qui ne saurait en rien vous être utile ni vous nuire non plus. 67. Fi de vous et de ce que vous adorez en dehors d'Allah ! Ne raisonnez-vous pas ? ” 68. Il dirent : “Brûlez-le Secourez vos divinités si vous voulez faire quelque chose (pour elles)”. 69. Nous dîmes : "Ô feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire”. Sourate 21 : AL-ANBIYA (LES PROPHÈTES) Il accompagnera ensuite Ibrahim (PBSL) et fut même chargé de lui indiquer, sur ordre de Dieu, l’endroit où il devait abandonner son fils Ismaël et sa servante Agar. Peu de temps après, c’est toujours Jibril qui fut chargé de faire jaillir la source de Zemzem pour permettre à ces deux êtres de survivre dans le désert hostile . C’est encore l’Ange qui arrêtera Ibrahim (PBSL), quand ce dernier tentera d’immoler son fils suite à une vision prophétique ru'ia qu’il eut lors d’un rêve la nuit précédente. 102. Puis quand celui-ci fut en âge de l'accompagner, [Abraham] dit : "Ô mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses”. (Ismaël) dit : “Ô mon cher père, fais ce qui t'es commandé : tu me trouveras, s'il plaît à Allah, du nombre des endurants”. 103. Puis quand tous deux se furent soumis (à l'ordre d'Allah) et qu'il l'eut jeté sur le front, 104. voilà que Nous l'appelâmes “Abraham ! 105. Tu as confirmé la vision. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants”. Sourate 37 : SAFFAT (Les RANGÉES) Jibril fit également l’annonce à Myriam (Marie), de la naissance de son fils Issa (Jésus PBSL) alors que celle-ci n’eut connu aucun homme . (Révélation également relatée à travers le nouveau testament, notamment dans l’évangile selon Luc).Ainsi on peut lire dans la Sourate 19 : 16. Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'Orient. 17. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait. 18. Elle dit : “Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]. 19. Il dit : “Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur”. 20. Elle dit : “Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et je ne suis pas prostituée ? ” 21. Il dit : “Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée”. Sourate 19 : MARYAM (MARIE) Mais Djibril est surtout connu en Islam pour être celui qui transmit au prophète Muhammad (PBSL) le Coran, livre représentant la parole de Dieu adressée à l’humanité. L’ange s’adressa pour la première fois à Muhammad (PBSL) lorsque ce dernier se retira dans la grotte de Hira en 610 , pour y méditer. Selon Abdallah Ibn Messaoud, le prophète décrivit sa rencontre bouleversante avec l'ange de la "révélation" dans ces termes : « L'Ange Gabriel est apparu au Messager de Dieu (Que la Bénédiction et le Salut de Dieu soit sur lui) avec 600 ailes dont chacune couvrait tout l'horizon et dont retombaient des rubis et des perles aux couleurs d'arc-en-ciel. » (Hadith rapporté par l’imam Ahmed) Mais la mission de Djibril ne s’arrêta pas là, et il eut aussi comme tâche de guider le prophète de Dieu dans certains de ses choix, non seulement dans le domaine spirituel mais aussi concernant certaines décisions politiques ou militaires, l'exemple le plus connu étant la bataille de Badr , ou encore en lui révélant une partie des grands mystères divins restés cachés au commun des mortels, comme lors du fameux épisode du voyage nocturne

 

l'ange Michaell :Il est après Djibril l’un des Anges les plus rapprochés de Dieu. Son statut d’archange lui confère également de nombreux pouvoirs, et le fait qu’il soit cité dans le Coran montre à quel point Dieu le place en avant par rapport aux autres anges. 98. [Dis : ] “Quiconque est ennemi d'Allah, de Ses anges, de Ses messagers, de Gabriel et de Michaël... [Allah sera son ennemi] car Allah est l'ennemi des infidèles”. Sourate 2 : Al-BAQARAH (LA VACHE) Le contexte de la révélation de ce verset est particulièrement intéressant. En effet, un jour alors qu’il se trouvait à Médine, Umar alla rendre visite à une école juive et demanda des informations concernant Gabriel. Il leur demanda les positions de Gabriel et Michael vis-à-vis de Dieu tel que le rapporte leur propre tradition. Ils lui répondirent que Gabriel se tient dans Sa main droite, et Michael dans Sa main gauche. Les juifs révélèrent aussi à Umar que Gabriel été leur ennemi, contrairement à Michael, qu’ils considèrent comme étant un Ange bon, apportant paix et prospérité. Umar, choqué par leur hostilité vis-à-vis de l’Ange de la révélation, les menaça en leur disant que quiconque est un ennemi d’un Ange de Dieu, Dieu lui été ennemi. Or lorsqu’ Umar vint rapporter cet événement à Muhammad (PBSL), le verset écrit plus haut venait déjà d’être révélé et transcrit . Le rôle de Michael à travers la Tradition musulmane n’a quasiment aucun rapport avec les écrits bibliques. Ainsi, ce n’est pas lui, mais bien Djibril que les musulmans connaissent comme étant l’Ange ayant arrêté la main d’Abraham (PBSL), alors que ce dernier allait immoler son fils Ismaïl. En revanche, comme pour les juifs, les musulmans reconnaissent Michael comme un Ange ayant pour mission de distribuer les bénédictions à destination des croyants. Sur son lit de mort, le messager de Dieu (PBSL) apprit à ses compagnons que le premier Ange à prier sur lui serait Gabriel, et le second Michael . Raphaël (Israfil) Cet archange est cité indirectement dans le Coran comme étant celui chargé sous ordre de Dieu, de souffler dans la Trompe pour annoncer la fin du monde comme nous le connaissons et le début du Jugement Dernier « Yawm al-Qiyama ». 99. Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur les autres, et on soufflera dans la Trompe et Nous les rassemblerons tous. Sourate 18 : AL-KAHF (LA CAVERNE) Bien que son nom ne soit pas mentionné directement dans le texte coranique, la Tradition, à travers de nombreux hadiths prophétiques, atteste que c’est bien Israfil qui est l’Ange dépositaire de la Trompe du décret. Le Coran explique qu’il y aura le jour du Jugement Dernier deux soufflements dans la Trompe, le premier indiquera le début du jour du Jugement et le second aura pour effet de faire lever les morts de leur tombe pour qu’ils soient jugés sur les actions de leur ancienne vie terrestre. Dans les écrits deutérocanoniques, Israfil est mentionné dans le livre de Tobie comme étant l’Ange qui guérit la cécité du père de Tobie, un jeune judéen. Ce livre permet ainsi à l’Eglise catholique d’attester l’existence officielle d’Israfil comme le troisième des archanges. Il sera ensuite reconnu par les chrétiens comme le saint patron des voyageurs et la fête liturgique de « Saint » Raphael sera à partir du 12ième siècle fixée au 29 septembre.

 

l'ange Azrael:

Azra'il (Azrael) Azrael est le quatrième et dernier archange connu de la tradition musulmane. Il est l’Ange de la mort (, chargé par Dieu de récupérer les âmes des défunts dont la vie sur Terre vient de se terminer. Comme pour Israfil, il n’est pas mentionné directement dans le texte coranique, mais il est communément admis par la Sunnah qu’il est bel est bien l’ange de la mort. 11. Dis : “L'Ange de la mort qui est chargé de vous, vous fera mourir. Ensuite, vous serez ramenés vers Votre Seigneur”. Sourate 32 : AS-SAJDA (LE PROSTERNATION) La Tradition rapporte que cet ange ne s’occupe pas uniquement des âmes des êtres humains, mais aussi de celle des Djinns, des animaux, ou des Anges. Aussi, Azrael serait la dernière créature qui survivra le Jour du Jugement Dernier, après avoir fait mourir Djibril, Mika’il et Israfil. Dieu lui ordonnera ensuite de se donner la mort afin de rester le Seul et l'Unique et accomplir ainsi la dernière promesse divine avant de ressusciter à nouveau Sa création pour le jugement dernier : « Toute chose périt hormis Sa face. » Du fait de son statut d’archange, Azrael est cité avec les trois autres anges mentionné plus haut dans un récit de la Tradition concernant la création d’Adam. Ce récit débute par l’ordre donné à Djibril par Dieu d’aller sur Terre récupérer la terre nécessaire pour créer Adam. Or cette dernière refusera que l’Ange la touche. Djibril revint donc auprès de Dieu lui expliquer son problème, et Ce Dernier enverra alors Mika’il, qui échouera également, puis Israfil qui essuya un refus analogue. Enfin, Dieu enverra Azra’il, qui ignorera la complainte de la planète et récupérera des échantillons de Terre (de toutes les couleurs des êtres humains existants) avant de les rapporter à Dieu. Qualités générales des Anges Abou Houreira rapporte la parole suivante du prophète de Dieu (PBSL) à propos des Anges : « Dieu a des Anges qui cherchent à travers le monde les gens de bien. Quand ils trouvent des Croyants invoquant Dieu, ils s'interpellent : 'Vaquez à vos affaires' et alors ils protègent ces personnes de leurs ailes jusqu'au ciel.». Les anges sont donc par nature des créatures dévouées, nobles et généreuses. Ainsi, tout leurs actes reflètent cette noblesse et ils peuvent ainsi être considérés comme des créatures réceptives au bien dans toutes ses formes, aimant les bons croyants et fuyant les mauvais parmi les humains . L’autre qualité déjà évoquée précédemment dans cet article concerne la capacité des anges à prendre de nombreuses formes dans le monde manifeste pour mieux s'adapter à l'environnement terrestre et mieux dissimuler par là leur identité réelle aux croyants. Umar Ibn Al Kattab rapporte d'ailleurs à ce propos l’histoire suivante, concernant la présence un jour de Gabriel parmi les compagnons de Muhammad, sous forme humaine : « Un jour, alors que nous étions assis chez le Messager de Dieu (PBSL), survint un homme aux vêtements d'une blancheur éclatante et aux cheveux d'un noir de jais. Aucune trace de voyage ne paraissait sur lui, et aucun d'entre nous ne le connaissait. Il s'assit auprès du Prophète (PBSL), de façon à ce que leurs genoux se touchent, puis posa ses paumes sur ses cuisses et demanda : « Ô Mohammed, informe-moi sur l'Islam ?... ». Ce n’est qu’après le départ de ce visiteur étrange que Muhammad (PBSL) nous révéla la véritable identité de cette mystérieuse personne et que Gabriel été venu instruire les musulmans de la religion de Dieu. » (hadith rapporté par Moslim)

*Raphaël (Isrāfīl) n'est cité ni dans le Coran, ni dans les hadīth, mais il en est souvent question dans l'eschatologie populaire. Il serait l'ange chargé de souffler trois fois dans une énorme trompette qu'on lui a ordonné de porter dans sa bouche depuis le jour de la naissance du prophète Mahomet

*Riḍwān (Redouane, Radwane, Ridohan), qui n'est pas nommé dans le Coran, est chargé de garder le Paradis. C'est le plus grand de ses serviteurs. Les gardiens du Paradis sont innombrables, « seul le Seigneur peut délimiter leur nombre » d'après le Coran. Bien d'autres anges, qui ne sont pas mentionnés dans le Coran, ont été nommés et abondamment décrits avec de nombreuses variantes par les prédicateurs populaires s'inspirant des commentaires coraniques et de récits divers. Par exemple, deux anges célèbres, Munkar et Nakir, sont les anges de « l'interrogatoire du tombeau », et leur aspect suscite la terreur. Ils auraient pour tâche d'interroger dans leur tombeau l'infidèle et le croyant qui a commis de grandes fautes. En revanche, il est raconté que ce sont les anges Mubashshar et Bashir qui interrogent le croyant qui n'a pas péché.

*Malek, le gardien de l'enfer, est nommé dans le Coran (« Ornements d’or », XLIII, 77), et ne sourit jamais à cause de sa création.




*Harut et Marut

 

Selon certains exégètes du Coran, Harout et Marout (arabe : هَرُوتَ وَمَرُوتَ) seraient deux anges qui enseignèrent la magie aux hommes, a Babel (babylone) en les avertissant préalablement qu'ils ne sont qu'une tentation pour eux et en leur montrant la différence entre les miracles fait par le seigneur et la magie que nombreux ont appris de la part des démons.

Le verset qui les mentionne est le verset 102 de la Sourate 2 intitulée Al-Baqarah (La Vache) :


« Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant"; ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu'avec la permission de Dieu. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n'aura aucune part dans l'au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient !

Le tafsir de l'imam ibn Khatir que la miséricorde de Dieu soit sur lui a expliquer ce verset comme suite: dans le tafsir sourate Baqara(la vache) 2 verset 102 page 55

"Ils ont préféré suivre les divulgations faites par les démons et les débauchés sous le règne de Salomon. Ils ont prétendu qu'il n'était pas un prophète destiné à recevoir la révélation de Dieu, mais un magicien puisant son pouvoir dans la sorcellerie qui lui permit d'établir son royaume et de dominer les esprits, les oiseaux et le vent. Es l'accusèrent d'athéisme. Mais il ne fin pas impie. Ce sont plutôt ces démons débauchés qui le furent. Car ils mentirent à son sujet et propagèrent la sorcellerie parmi les hommes et Part divinatoire révélé aux deux anges Harout et Marout à Babel. Mais ces deux anges ne transmettaient jamais leur secret à quelqu'un sans lui dire: "Nous sommes la tentation. Nous t'enseignons ce qui conduit à l'impiété et sème le trouble. Sache cela et prends garde. Les gens n'ont cependant pas suivi ce conseil et ont employé leurs connaissances à désunir l'homme d'avec sa femme. Ces démons effrontés ont pris le chemin de l'impiété en divulguant ces mensonges dont ils se sont servi pour enseigner la sorcellerie aux Juifs. Ils ne nuisaient ainsi à personne. Dieu seul, s'il le veut, autorise le mal.La sorcellerie nuit à ceux qui l'apprennent et la pratiquent, à la fois dans ce monde et dans la vie future où ils ne pourront en tirer aucun profit. Eux-mêmes savaient que celui qui suivait ce chemin ne pouvait attendre aucune indulgence dans la vie future. Maudit soit leur choix, s'ils le savaient." »

 


Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #7 le: 30 octobre 2016 à 12:57:35 »
 
*Masiah ad-dajjal (Le trompeur) : 

Apparaissant dans la tradition musulmane, il fait mention d'une figure eschatologique appelée al-Dajjâl (le Trompeur ou l'Imposteur) ou al-Masîh al-Daajjâl (le Faux Messie ou leChrist imposteur) correspondant à l'Antéchrist. C'est un faux-messie qui apparaît à la fin des temps. Certains courants l'identifient à la « Bête » (dâbba) , dont parle le Coran qui sort de terre parmi d'autres signes annonciateurs. Cependant, selon Malek Chebel ce sont seulement certains exégètes qui identifient l'antéchrist à la bête. D'autres encore le confondent avec Satan ("Iblis"). Ce personnage ignoble et perfide est présenté avec insistance comme étant borgne « alors que Dieu, Lui, n’est pas borgne » ,Dajjal répandra l'iniquité et la tyrannie sur le monde durant quarante jours (ou quarante ans) symboliques. Il restaurera le paganisme, l’adoration des idoles avant d'être combattu pour l'établissement de la justice eschatologique. 
Les deux courants sunnite et chiite s'accordent globalement sur la description du personnage de l'Antéchrist appelé Dajjâl. Cependant, dans le chiisme, l'Antéchrist ne possède pas la même valeur dogmatique, ni même son opposant, al-Mahdi, ce dernier correspondant également au dernier imam caché censé appartenir à la descendance de `Ali ibn Abi Talib le gendre du prophète Mohammed , et quatrième calife de l'islam. 
Sur Terre celui que l'on appellera Shaytan retrouva ses congénères et se mit à recruter car il n'allait plus lâcher les Hommes d'une semelle . La rébellion grondait et bientôt d'autres djinns se joignirent à lui . Leur civilisation étant plus avancée que la notre , toujours d'après la tradition on racontait qu' ils montaient dans les cieux espionner les conversations des anges et récupérer certains secrets concernant l'avenir . Ces mutins profitant de la naïveté de l' Humanité naissante grâce à leur supériorité tant physique qu'intellectuelle se seraient pris pour des dieux . Distillant leur savoir pour mieux asservir les Hommes ....
L'antéchrist est appelé "Al Awar al Dajjal" dans l'islam qui se traduit littéralement par "Le trompeur a l'oeil unique"
                                "Dieu n'est pas borgne. Le faux-messie, lui, est borgne de l'œil droit" (Fatima , Fille du prophete                                                                                                               Mohammed)

Le Massih possède maints aspects cités dans le recueil de l’imam Muslim. Par exemple le hadith rapporté par Fatima qui a dit :
                                "Dieu n'est pas borgne. Le faux-messie, lui, est borgne de l'œil droit" (Fatima , Fille du prophete                                                                                                               Mohammed)

« Lorsque le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaïhi wa Sallam, a fini la prière, il s’est assis sur l’estrade en souriant. Puis il a ordonné que chacun reste à sa place. Ensuite il a interrogé : « Est-ce que vous savez pourquoi je vous ai réuni ? » Ils ont répondu : «  Seuls Allah et Son Messager Savent ». 
Il,Salla Allahou Alaïhi wa Sallam,  a dit : « Par Allah ! Je ne vous ai pas réuni pour vous effrayer ou vous exhorter. Mais je vous ai réuni parce que Tamim Ad-Dari était un chrétien puis il est venu pour me faire acte de son allégeance et  de sa conversion à l’Islam. Il m’a raconté un récit - à propos de l’antéchrist - qui  correspond avec le récit que je vous ai raconté auparavant. Il m’a dit qu’il s’est embarqué dans un bateau avec un groupe de trente hommes de Lakhm et Djoudham. Une tempête s'est abattue sur eux et ils étaient à la merci de la de mer durant un mois. 
Puis ils se sont approchés d’une île au coucher du soleil et ils pénétrèrent cette île. Ils rencontrèrent une bête couverte de beaucoup de poils de telle sorte qu’ils ne pouvaient distinguer sa partie antérieure de sa partie postérieure. » Ils ont dit : « Malheur à toi qu’est-ce que tu es ? » La bête a répondu : « Je suis Al Djassassa ! » Ils ont dit : « Qu’est-ce que c’est Al Djassassa ? » La bête leur a dit : « Ô ! Groupe d’hommes ! Allez voir cet homme dans le couvent, il attend vos nouvelles avec un fervent désir. »
Tamim Ad-Dari a dit : « Quand elle nous a nommés un homme nous avons eu peur qu’elle soit un diable ! Puis nous nous sommes dépêchés jusqu’au couvent et nous vîmes l’homme le plus gigantesque et le plus durement garrotté que nous n’ayons jamais vu ! Ses deux mains sont attachées à son cou, depuis ses genoux jusqu’aux chevilles, avec des chaînes de fer. » Nous lui avons dit : « Malheur à toi ! Qu’est-ce que tu es ? »
Il a dit : « Je vais vous informer. Je suis le Massih et je suis sur le point d’avoir la permission de sortir. Je sillonnerai la terre et je ne délaisserai aucun village et ce durant quarante jours seulement, sauf la Mecque et Taïba (Al Madina) car toutes les deux me sont interdites. Chaque fois que je tente de pénétrer l’une d’elles, un ange se présente, à sa main une épée tranchante, et me repousse. Il y a des anges qui défendent chaque brèche des deux villes. » (Muslim)



*Les Djinns
 

A l'aube de la création Dieu créa les Anges de la lumière, des êtres obéissants dépourvus de libre arbitre et ne pouvant se reproduire . La tradition musulmane raconte qu'ensuite et bien avant les Hommes Dieu créa les Djinns d'un feu "'sans flamme". « Et Il a crée les djinns de la flamme d’un feu sans fumée » (Sourate 55 verset 15). (Selon Ibn ‘Abbas , l’expression « sans fumée » signifie «de l’extrémité de la flamme ». D’autres savants pensent que cette expression signifie qu’il s’agit du plus pur et du meilleur des feux. Dieu est le plus savant ! Ce qui nous importe c’est de savoir tout simplement que les djinns ont été créés de feu et qu’ils ont donc une constitution tout à fait différente de la nôtre.) Ces Djinns qui se présentent sous trois formes relatives aux éléments: l'air, l'eau et le feu, vivaient sur Terre et y développèrent leur civilisation , leurs propres croyances ainsi que leur technologie , Puis Dieu créa Adam de la terre, l'élément restant . Il convia toutes ses autres créatures à se prosterner devant Adam . Seul Iblis (qui dans la tradition musulmane est un djinn qui vivait au Paradis et non un ange ) refusa.
*Les formes de djinns*
Les djinns ont la capacité de prendre des formes et de changer d’apparence. Selon Ibn Taymiya , ils peuvent prendre une forme humaine ou animale telle qu’une vache, un scorpion, un serpent, un oiseau… Il dit aussi que le chien noir est le diable des chiens et les djinns apparaissent souvent sous cette forme. Ils peuvent aussi apparaître sous forme d’un chat noir car en fait le noir ajoute à la force néfaste des diables. Il est rapporté aussi qu’Iblis prit l’apparence d’un vieil homme du Nadj lorsque les mécréants de Qoraysh s’étaient réunis à Dar An-Nadwa (assemblée des notables de La Mecque) afin de discuter sur le sort qu’il fallait réserver à Muhammad . Iblis - que la malédiction soit sur lui - leur avait suggéré de le tuer. Il faut préciser que lorsqu’un djinn prend une forme humaine ou animale alors il obéit aux lois physiques de cette forme ; à savoir, qu’il sera possible de le voir ou de le tuer d’un coup de feu ou de le blesser d’un coup de couteau. C’est pour cela que les djinns ne restent que peu de temps sous une telle forme car ils deviennent alors vulnérables. En fait, ils profitent de leur invisibilité pour effrayer les gens.
« Il y a trois types de Djinns : un type qui vole constamment dans les airs, un autre type qui prend la forme de serpents et de chiens noirs, et un autre type qui n'est pas capable de voler et qui réside à un endroit précis ou erre ici et là. »
et comme on la dit plus haut , les djinns profitent de la naivité des Humains pour les asservire , leur vouer un culte en se prenant pour dieu.
«Ils ont donné a dieu des Génies pour associer alors qu'il est a créés» Coran 6-100
 

 
Ceci est un exemple de deux peuples qui ne se sont jamais rencontrés mais qui ont pu imaginer exactement la meme divinité/Djinn ?


Seconde partie :

 
De tout temps, l’homme a toujours été profondément fasciné par le surnaturel et le monde invisible.  L’existence d’un monde parallèle au nôtre l’a toujours troublé.  On fait souvent référence à ce monde parallèle en tant que « monde des esprits » et la

 plupart des gens s’en font une image particulière.  Pour certains, il s’agit des âmes de personnes décédées, qu’ils appellent aussi « fantômes ».   Pour d’autres, les esprits représentent soit les forces du bien, soit celles du mal, les deux luttant les unes contre les autres pour exercer leurs pouvoirs sur l’humanité.  Ces interprétations, toutefois, relèvent surtout du folklore et de l’imagination.
À l’instar de toutes les religions, l’islam a lui aussi son interprétation sur ce monde invisible, mais c’est lui qui l’explique de la façon la plus claire et logique.  Ce que plusieurs perçoivent comme un monde parallèle au nôtre est appelé le monde des djinns, en islam.  Ce point de vue de l’islam apporte d’ailleurs de nombreuses réponses aux mystères des temps modernes et anciens.  Sans la connaissance de ce monde, les musulmans, comme les non-musulmans,  chercheraient à expliquer ces mystères de mille et une façons.  Alors qui sont les djinns et que sont-ils, au juste?
Leur existence

Personnages,prophetes et creatures dans l'islam.
« Réponse #8 le: 05 novembre 2016 à 16:12:31 »
Leur existence

Les djinns sont des êtres qui ont été créés avec un libre-arbitre et qui vivent sur terre, dans un monde parallèle à celui des hommes.  Le mot « djinn », en arabe, est dérivé du verbe « janna », qui signifie cacher ou dissimuler.  Ils sont donc physiquement invisibles aux yeux des hommes, comme leur nom le suggère.  Cette invisibilité est l’une des raisons pour lesquelles certaines personnes nient leur existence.  Toutefois, l’influence qu’a le monde des djinns sur les hommes suffit pour réfuter les arguments de ceux qui nient l’existence de ces créatures de Dieu.  Le Coran et la sounnah parlent de l’origine des djinns.  Dieu dit, dans le Coran :

« Nous avons certes créé l’homme d’une argile sonnante, extraite d’une boue malléable.  Quant aux djinns, Nous les avions créés, auparavant, d’un feu sans fumée, d’une chaleur ardente. » (Coran 15:26-27)

Les djinns furent donc créés avant l’homme.  Quant à leur origine physique, le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a abondé dans le sens du verset ci-dessus lorsqu’il a dit :

« Les anges furent créés de lumière, tandis que les djinns furent créés d’un feu sans fumée. » (sahih Mouslim)

Par ailleurs, ils sont tenus, comme les humains, d’adorer Dieu et de se conformer à l’islam.  Le but de leur création est exactement le même que celui de la création de l’homme, car Dieu dit, dans le Coran :

« Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Coran 51:56)

Les djinns, comme les hommes, peuvent donc être musulmans ou non-musulmans.  Toutefois, à cause de leur nature fougueuse, la plupart d’entre eux sont non-musulmans.  Tous ces djinns non-musulmans forment une partie de l’armée du plus connu et du plus grand des djinns, c’est-à-dire Satan.  Par conséquent, ces djinns mécréants sont aussi appelés diables.  Certains djinns sont musulmans, comme ceux qui se convertirent à l’époque du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).  En effet, un groupe d’entre eux fut séduit par la récitation du Coran et devint musulman.  Dans le Coran, Dieu ordonne au Prophète de rapporter cet événement aux gens :

« Dis, (ô Mohammed) : « Il m’a été révélé qu’un groupe de djinns a prêté l’oreille à (ce Coran) et a dit : « Nous avons entendu (réciter) une lecture merveilleuse, qui guide vers la droiture.  Nous y avons cru et nous n’associerons jamais personne à notre Seigneur. » (Coran 72:1-2)

Sous plusieurs aspects, les djinns sont très similaires à nous.  Ils mangent et boivent, ils se marient, ont des enfants et meurent.  Leur durée de vie est cependant beaucoup plus longue que la nôtre.  Comme nous, ils connaîtront le Jugement dernier et rendront des comptes à Dieu, le Très-Haut.  Ils seront présents, avec les hommes, au Jour du Jugement, et iront soit au Paradis, soit en Enfer.

Leurs habiletés diverses

 

Ce qui distingue réellement les djinns des êtres humains sont leurs pouvoirs et leurs habiletés diverses.  Dieu leur a accordé ces pouvoirs pour les éprouver.  S’ils oppriment les autres avec ces pouvoirs, ils devront en rendre compte.  Par ailleurs, une meilleure connaissance de leurs pouvoirs peut nous aider à mieux expliquer certains phénomènes mystérieux qui se produisent autour de nous.  Un des pouvoirs des djinns est qu’ils arrivent à prendre à peu près n’importe quelle forme physique.  Ils peuvent donc nous apparaître sous forme d’humains ou d’animaux, ou d’autres créatures vivantes.  Des milliers de personnes à travers le monde ont déjà aperçu des créatures étranges et il n’est pas exagéré de penser qu’elles aient puPersonnages , prophetes et créatures dans l'islam  être des djinns ayant emprunté une des nombreuses formes physiques de leur répertoire.

La capacité de posséder l’esprit et le corps d’autres créatures fait également partie des pouvoirs des djinns et ils l’ont souvent utilisée au fil des siècles.  Cependant, il s’agit d’un acte que Dieu leur a interdit, car prendre possession d’un autre être vivant constitue une grave oppression.  Les possessions humaines ont toujours à la fois fasciné et terrifié les hommes.  Mais la véritable connaissance de ce phénomène est rare.  Au cours des trois dernières décennies, le sujet des possessions a été très commercialisé.  Dans les années 70, les gens crurent tout connaître à ce sujet après le visionnement des films L’exorciste et Le bébé de Rosemarie.  Comme l’industrie du film était alors très influencée par le christianisme, on ne pouvait espérer acquérir une véritable connaissance du sujet par le simple visionnement de ces films.  Car plutôt que d’éduquer les gens sur les possessions par les djinns, ces films eurent plutôt tendance à les terrifier au dernier degré.

Seul l’islam nous apporte une explication satisfaisante à un tel phénomène.  Nous savons, en tant que musulmans, que les djinns peuvent posséder les gens pour diverses raisons.  Parfois, ils le font parce qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille a été accidentellement blessé par un être humain.  Il arrive également qu’un djinn tombe en amour avec une personne et décide d’en prendre possession.  Mais dans la plupart des cas, les djinns possèdent des gens tout simplement parce qu’ils sont malveillants de nature.  C’est pourquoi le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous a recommandé de réciter régulièrement le Coran dans nos maisons :

« En vérité, Satan fuit toute maison où l’on récite la sourate al-Baqarah [i.e. la deuxième sourate du Coran]. » (at-Tirmidhi)

Si une personne se trouve possédée par un djinn, le nom de Dieu doit être utilisé pour le chasser.  Dans ce qui nous a été transmis du Prophète et de ses compagnons, nous retrouvons plusieurs invocations servant à exorciser les djinns et toutes Personnages , prophetes et créatures dans l'islam invoquent Dieu afin qu’Il vienne en aide à la personne possédée.  Voilà qui est bien différent des exorcismes des temps modernes, où l’on invoque souvent d’autres entités que Dieu pour tenter de chasser le djinn.  Et lorsque le djinn quitte la personne, ils s’imaginent que c’est grâce à leurs incantations.  Mais en réalité, il ne s’agit que d’un stratagème, de la part du djinn, car il sait que s’il se conforme aux souhaits de l’exorciste, il a alors réussi à lui faire croire qu’adorer d’autres divinités en dehors de Dieu est une pratique qui lui est profitable.  Souvent, le djinn reprend possession de la personne une fois que l’exorciste est parti, car il sait que seules les paroles de Dieu peuvent l’éloigner de façon définitive.

Les animaux peuvent également être possédés par des djinns.  Ce faisant, le djinn espère amener les gens à adorer des entités autres que Dieu.  La possession d’idoles (telles que celles adorées par les païens) est un de leurs nombreux stratagèmes pour parvenir à cette fin.  Il n’y a pas si longtemps, l’histoire d’idoles hindoues buvant du lait a fait le tour du monde.  De Mumbai à Londres, en passant par Delhi et la Californie, de nombreuses idoles buvaient prétendument du lait.  Ganesh, le dieu-éléphant, Hanuman, le dieu-singe, et même Shiva lingam, l’organe masculin (!), engloutissaient du lait de façon insatiable.  De nombreuses personnes naïves y crurent et se précipitèrent pour aller abreuver ces idoles.  Cet exploit ne pouvait s’expliquer que par la présence de djinns, dans une de leurs tentatives bien connues d’amener les gens à adorer de fausses divinités.

 

Les djinns peuvent aussi prendre  la forme de serpent qui vole :

« Il y a trois types de Djinns : un type qui vole constamment dans les airs, un autre type qui prend la forme de serpents et de chiens noirs, et un autre type qui n'est pas capable de voler et qui réside à un endroit précis ou erre ici et là. »

 

 

 
 

 

 

 

 

 
 

 

*Iblis (Satan)

 

[- Et lorsque nous avons dit aux anges : « prosternez vous devant Adam » ils se prosternèrent à l’exception de Satan qui était du nombre des Génie et qui se rebella contre l’ordre de son Seigneur…] (S 18 / V.50)

1-Est ce que Satan est vivant parmi nous et mourra t-il ? Les mort des génies, sont-ils entrés comme les être humains ?

Allah (exalté soit-Il et sanctifié Son Nom) dit : Satan M’a demandé de le laissé vivre jusqu’à a fin du monde.
[« Seigneur, dit Satan, veuille m’accorder un délai jusqu’au jour ou seront ressuscités les morts »] (S.15 / V 36)

Il est vivant jusqu’au jour déterminé, qu’Allah lui a promis.
La mort l’atteindra le jour de la fin du monde. Les génies sont des âmes sans corps, ils meurent également. Leurs enterrements dépendent de leur façon de vivre. Personne ne connaît leur forme, ni leur mort ni leur enterrement, ils n’appartiennent au monde des humains
Cheikh Ibn Djabrin

Est-ce que Satan est un Ange, ou appartient-il à une autre engeance ?

Les ange sont crées de lumière, ne désobéissent nullement à Allah (exalté soit-Il et sanctifié Son Nom), et font ce Personnages , prophetes et créatures dans l'islam qu’Il leur ordonne sans faillir. Satan (maudit soit il) fait partie des génies, comme Allah (dans sa sagesse infinie) dit dans le Coran :
[- Et lorsque nous avons dit aux anges : « prosternez vous devant Adam » ils se prosternèrent à l’exception de Satan qui était du nombre des Génie et qui se rebella contre l’ordre de son Seigneur…] (S 18 / V.50)

Satan (qu’il soit maudit éternellement) a refusé de se prosterner devant Adam.
Allah (exalté soit Son Nom) dit à son sujet :
[- « Je suis meilleur que lui, Tu m’a créé de feu et tu l’a créé d’argile. » (S8 / V 12)
Cheikh Ibn Djabrin

Est-ce que les Djinns existent ? Ont-ils un pouvoir sur l’être humain, et quel est le traitement contre leurs maux.

La vérité sur la physionomie des Djinns, n’est connue que d’Allah (dans Sa science infinie), seul. Les Djinns sont créés de Feu et présentent un corps. Ils mangent, boivent, se marient, et se reproduisent.

Allah (dans Sa science inconditionnée) dit :
[- Et lorsque nous avons dit aux anges : « prosternez vous devant Adam » ils se prosternèrent à l’exception de Satan qui était du nombre des Génie et qui se rebella contre l’ordre de son Seigneur…] (S 18 / V.50)

Ils sont également responsables des pratiques de la dévotion, Le Messager Mohammed (salut et bénédiction sur lui) fut également envoyé à eux. Ils étaient présent et ont écouté la lecture du Coran.

Allah (dans Sa miséricorde infinie) di
[- Dis : « Il m’a été révélé qu’un groupe de Djinns écoutaient. Ils dirent ensuite : « Oui nous avons entendu un Coran merveilleux !
- Il guide vers le droit chemin. Nous y avons cru et nous n’associerons jamais personne à notre seigneur. »] (S. 72 / V.1-2)

Allah (qu’Il soit glorifié) dit :
[- Lorsque Nous avons inspiré à un groupe de Djinns de se rendre auprès de toi pour t’écouter réciter le Coran. Une fois en ta présence, ils dirent : « Ecoutez ! » Une fois la récitation terminée, ils sont retournés en avertisseurs auprès de leur peuple.
- ils dirent : « O notre peuple ! Nous venons d’entendre la lecture d’un livre révélé après Moise, qui confirme les précédents ; il guide vers la vérité et vers le droit chemin. »]

Il a été confirmé par l’Envoyé d’Allah (salut et bénédiction sur lui), en disant à ceux, parmi les Djinn qui se sont présentés à lui, lui demandant des provisions : « Vous aurez les os sur lesquels le Nom d’Allah a été invoqué. Ils seront plus délicieux pour vous que lorsqu’ils ont été recouverts de viande. »

Le Démon s’associe à l’être humain dans ses repas, chaque fois que ce dernier n’invoque pas Allah (béatifié soit-Il et déifié Son Nom) à leurs débuts.

Les Djinns sont réellement présents, nier leur existence c’est faire mentir le Coran et c’est une prévarication contre Allah le Magnifié. Ils conseillent et exhortent les mécréants dans la perdition, afin qu’ils soient châtiés ensemble par le feu comme nous le dit Allah (loué soit-Il) :

[- Il leur sera dit : “Entrez dans le Feu”, dira [Allah,] “parmi les djinns et les hommes des communautés qui vous ont précédés.” Chaque fois qu'une communauté entrera, elle maudira celle qui l'aura précédée. Puis, lorsque tous s'y retrouveront, la dernière fournée dira de la première : “ô notre Seigneur ! Voilà ceux qui nous ont égarés : donne-leur donc double châtiment du feu.”] (S. 7/V. 38)

Leur croyant ira au paradis.

Allah (qu’Il soit glorifié) dit :
- et pour celui qui aura craint de comparaître devant son Seigneur, il y aura deux jardins;
- Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ?
- Les deux jardins pleins de floraison.] (S. 55/V. 46 à 49)

L’allocution faite aux Djinns et aux êtres humains :
Au Nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux
[- ô communauté des djinns et des humains, ne vous est-il pas venu des messagers, choisis parmi vous, qui vous ont raconté Mes signes et averti de la rencontre de ce jour ? Ils diront : “Nous témoignons contre nous-mêmes.” La vie présente les a trompés; et ils ont témoigné contre eux-mêmes qu'en (vérité) ils étaient mécréants. (S. 6/V 130)

Leur pouvoir sur l’être humain est réel, ils peuvent agir sur l’être humain, en le faisant tombé en syncope. Ils lui font peur avec des cris et des images monstrueuses. L’être humain sous leur emprise aura des hallucinations visuelles et auditives.

Le traitement contre leurs effets, par la voie légale : La lecture du verset du trône, N° 255 de la Sourate de la Vache, avant de dormir. C’est une protection contre leurs méfaits durant toute la nuit jusqu’au matin.
Sheikh Mohammed Ibn Salah Al-3outhaymin


Est ce que l’immolation d’un animal (un mouton, un coq noir, blanc ou rouge de plumage, etc.) sera-t-il valable, de peur des Djinn ?

Il est strictement illicite d’immoler un animal pour une quelconque entité autre qu’Allah (magnifié soit-Il et glorifié Son Nom). C’est une apostasie, faisant en sorte que son auteur devient un mécréant. C’est valable pour l’invocation des Djinns pour lui traiter une affaire. C’est un grand sacrilège faisant exclure son auteur de l’islam. Le sacrifice d’un animal et le traitement de l’affaire doivent être soumis à Allah (dans son essence inconditionnée), et a lui seul.


Allah (glorifié soit-Il et exalté soit Son Nom) dit :
[- Dis : “En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers.
- A Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.”
- Dis : “Chercherais-je un autre Seigneur qu'Allah, alors qu'Il est le Seigneur de toute chose ? Chacun n'acquiert [le mal] qu'à son détriment : personne ne portera le fardeau (responsabilité) d'autrui. Puis vers votre Seigneur sera votre retour et Il vous informera de ce en quoi vous divergez. (S. 6/ V. 162 à 164)


Allah (glorifié soit-Il et exalté soit Son Nom)
[- et n'invoque pas, en dehors d'Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu sera alors du nombre des injustes”.

- Et si Allah fait qu'un mal te touche, nul ne peut l'écarter en dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c'est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux. (S. 10 / V. 106-107)

Allah (vénéré soit-Il et exalté son nom dit :
[- Prie donc ton seigneur et sacrifie !]

Le Messager d’Allah (salut et bénédiction sur lui) a dit :
« Allah maudit, celui qui sacrifie un animal à un autre qu’à Lui. »

Celui qui insiste pour égorger un animal pour les Djinns, pour leur demander d’exaucer un de ces vœeux est un mécréant.


 
 

 

En collaboration avec Dzteamunlocker