DzForums

Découverte d'une grenouille si translucide qu'on peut voir ses organes

Hors ligne milanista

  • ******
  • 2 411
    • Voir le profil

Une espèce de grenouilles de verre vient d'être découverte dans les plaines amazoniennes de l'Équateur. Elle possède une peau presque transparente, si bien que l'on peut voir son cœur battre ! Mais ce n'est pas son seul trait distinctif. Hyalinobatrachium yaku présente en effet des caractéristiques physiques différentes de bien d'autres de ses congénères. Hélas, les spécialistes craignent qu'elle ne soit déjà menacée de disparition.


Son nom est Hyalinobatrachium yaku. Les chercheurs qui ont séquencé son ADN et décrit cette nouvelle espèce de grenouilles dites « de verre » dans la revue en ligne Zookeys l'ont rencontrée lors de leurs enquêtes de terrain dans les plaines d'Amazonie, en Équateur. Juan Guayasamin, qui travaille à l'université San Francisco, à Quito, est encore émerveillé : « Je travaille avec des grenouilles tous les jours et c'est l'une des plus belles espèces que j'ai jamais vue ».

Il faut dire qu'elle est vraiment très étonnante. Sa caractéristique la plus évidente est bien sûr sa peau translucide... elle l'est tellement qu'on peut voir ses organes, dont son cœur qui bat. « Toutes les grenouilles de verre n'ont pas forcément le cœur visible à travers la poitrine, explique Paul Hamilton, de l'organisation américaine Biodiversity Group. Chez certaines, le cœur lui-même est blanc, donc vous ne voyez pas le sang rouge ».

Pourquoi sont-elles ainsi, presque transparentes ? Telle est la question que se posent nombre de zoologistes et à laquelle ils ne savent pas encore répondre. Beaucoup d'entre eux, comme Ariadne Angulo, spécialiste des amphibiens à l'Union internationale pour la conservation de la nature, espèrent qu'elle les « aidera à comprendre le modèle évolutif qui a conduit les grenouilles à prendre cette apparence de verre ».

H. Yaku possède d'autres caractéristiques qui la rendent unique, soulignent leurs découvreurs. En effet, plusieurs aspects de son comportement font qu'elle se distingue des espèces voisines, notamment en ce qui concerne la reproduction. Ses appels sont différents. En outre, elle possède des taches vert foncé sur son dos. Juan Guayasamin a également relevé que « les mâles gardent les œufs attachés sous une feuille d'arbre jusqu'à ce qu'ils éclosent et tombent dans l'eau ».

Malheureusement, cette petite créature, comme d'ailleurs l'ensemble des amphibiens dans le monde, est en danger. C'est « la classe de vertébrés la plus menacée de la planète », rappelle Ariadne Angulo. Toutes les espèces n'ont pas encore été découvertes, s'inquiète-t-elle et « certaines peuvent disparaître avant même que nous ne les connaissions. Depuis 2005, nous identifions entre 100 et 200 nouvelles espèces d'amphibiens par an ».

Les premières causes de la disparition de cette grenouille sont les activités humaines, directes et indirectes. D'une part, il y a le réchauffement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre.

Et d'autre part, la dégradation de son habitat. Cela comprend notamment la prospection pétrolière et la construction de routes qui l'accompagne (plus largement l'artificialisation des sols) et, bien sûr, la pollution des eaux.

Ces grenouilles ont besoin d'une eau pure, « si le courant se dessèche ou devient plus pollué, les grenouilles ne peuvent pas survivre, et d'autres créatures plus résilientes pourront être les suivantes ».




 

En collaboration avec Dzteamunlocker