DzForums

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - milanista

Pages: [1] 2 3 ... 52
1
Petit tutoriel sur Privacy Badger, ce plug-in disponible sur Firefox, Chrome et Opera.

Privacy Badger est développé par l’EFF, une association américaine très connue, qui défend les libertés dans l’espace numérique.

Privacy Badger est une extension qui empêche les annonceurs et autres trackers tiers de pister les pages que vous visitez sur le web. Si un annonceur semble vous pister sans votre autorisation sur plusieurs sites Web, le Privacy Badger l’empêche automatiquement de charger davantage de contenu dans votre navigateur. Pour l’annonceur, c’est comme si vous aviez soudainement disparu.

Privacy Badger analyse le comportement de chaque site tiers au fil du temps et choisit le paramètre qu’il considère adapté pour chaque site.

Contrairement à certaines autres extensions, Privacy Badger ne bloque pas une liste prédéfinie de pisteurs, mais apprend de la navigation de l’utilisateur, par conséquent, vous devez le configurer et alimenter régulièrement cette configuration (contrairement à Adblock ou Gosthery).

Ce tutoriel est basé pour Firefox, aucun interêt à utiliser ce genre de plug-in sur Chrome sachant que Google pompe l’historique des sites visités.

Etape 1 : Aller sur la page de téléchargement du plug-in :

https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/privacy-badger17/

Et cliquez sur Ajouter à Firefox.

Le module va se télécharger..

Etape 2 :


On installe le plug-in..

Etape 3 :

Une fois le plug-in installé, une page d’accueil en Anglais va s’afficher, vous pouvez la fermer

Etape 4 :

L’icône de Privacy Badger s’affichera dans la barre des modules de Firefox..

Configuration de Privacy Badger :

Dans l’option Paramètres des filtres utilisateurs, il est possible de laisser ou de bloquer un domaine


    La sélection verte autorisera le domaine.
    La sélection jaune bloquera les cookies du domaine.
    La sélection rouge bloquera le domaine.

L’onglet Domaines autorisés vous permettra de mettre en liste blanche un domaine entier.

Concernant les Réglages généraux, il est conseillé de séléctionner la dernière case, en effet, Privacy Badger propose une fonctionnalité sympa : Le blocage WebRTC (communication en temps réel pour le Web)



2

4 grandes découvertes sur Saturne que l'on doit à la sonde Cassini

1. Un lien « génétique » établi entre anneaux et lunes

Grâce aux observations faites par Cassini, les scientifiques ont compris que les anneaux — composés de fines poussières pour les anneaux externes et de blocs de glace de quelques centimètres à plusieurs mètres de large pour les principaux — n'ont rien d'une structure figée.

 En vingt ans, raconte Sébastien Charnoz, de l'Institut de physique du globe de Paris, nous avons vu des blocs disparaître, des corps transitoires apparaître… et même des mini-satellites se créer ! " Il existe en effet une continuité, une sorte de lien " génétique " entre les anneaux et les satellites de Saturne, qui sont deux facettes du même objet.

Les modèles actuels expliquent d'ailleurs très bien comment les débris que contiennent les anneaux s'agglutinent à partir d'une certaine distance pour former de nouvelles lunes et s'éloigner de la géante gazeuse.

Le système de Saturne est un formidable laboratoire naturel pour suivre des processus d'accrétion, fait valoir l'astronome. On comprend mieux, grâce à lui, comment les planètes elles-mêmes ont pu se former.

2. Dans l’œil du cyclone

Le pôle nord de Saturne est coiffé d’une magnifique et mystérieuse structure nuageuse de forme hexagonale où les vents soufflent à la vitesse de près de 350 km/h. L’orbiteur Cassini est le premier à la visualiser entièrement à partir de 2007.

Chacun des six côtés mesure 13 800 kilomètres, soit davantage que le diamètre de la Terre ! Pile au milieu, se trouve l’œil d’un cyclone de 2000  kilomètres de large, axe autour duquel tourne l’hexagone, qui effectue une révolution complète en un peu moins de 11 heures.

Aucun modèle météorologique n’est parvenu jusqu’à maitenant à expliquer sa formation et ses caractéristiques.

3. La grande tache blanche étudiée dans son intégralité

En 2010, Cassini observe dans l’hémisphère nord de Saturne la gigantesque tempête saisonnière surnommée « la grande tache blanche », qui se manifeste en moyenne une fois par année saturnienne – soit tous les 29 ans environ en temps terrestre. Le phénomène est connu depuis le xixe siècle, mais n’avait jamais pu être visualisé dans son intégralité. Aux premières loges, Cassini n’en manque rien.

En trois semaines, la tempête grossit jusqu’à atteindre 17 000 kilomètres de diamètre ! Elle crache une dizaine d’éclairs par seconde ; et la température de la stratosphère augmente localement de près de 100 °C, ce qui n’a été enregistré sur aucune autre planète.

La grande tache blanche, qui se déplace vers l’est, ne s’atténue qu’au bout de 267 jours lorsque sa « tête » entre en collision avec sa « queue ». Elle a donc fait un tour complet de la planète et couvert 5 milliards de kilomètres carrés.

4. Encelade pourrait receler une forme de vie

De l’eau liquide, des composés organiques et une source d’énergie… « Personne ne s’attendait à trouver sur Encelade, la sixième lune de Saturne par sa taille, les conditions propices à l’émergence de la vie », relève Gabriel Tobie. Cette découverte a lieu en 2005, quand Cassini détecte d’étranges lueurs au niveau du pôle sud du satellite.

Il s’agit de geysers expulsant de la vapeur d’eau, des particules de glace, des molécules carbonées et des minéraux ! Ils laissent présager que sous la surface gelée d’Encelade circule un océan d’eau liquide, dont l’existence sera pleinement confirmée en 2016 par la caméra de Cassini.

De nombreux indices collectés entre 2005 et 2016 par la sonde indiquent, par ailleurs, que cet océan salé serait alimenté par des sources hydrothermales… les mêmes qui, sur Terre, près des dorsales océaniques, abritent des oasis de vie.




3
Santé / Les différentes douleurs musculaires
« le: 03 septembre 2017 à 03:50:22 »

S'ils ont beaucoup travaillé, s'ils sont fatigués ou s'ils sont un peu endommagés... les musclent expriment une douleur. D'une manière générale, la douleur signale à l'organisme d'arrêter de travailler. Mais chaque douleur a sa signification, et son niveau de gravité.

Douleurs qui surviennent à l'effort, douleurs qui apparaissent 24 à 48 heures après... En fonction des lésions ou de l'accumulation de certaines substances au niveau des muscles, les symptômes diffèrent. Généralement, ces symptômes traduisent l'état de fatigue des muscles.

Douleur pendant l'exercice

En dévalant les pistes de ski par exemple, il est nécessaire de contracter les muscles des jambes pour se stabiliser et tourner.

Quand ils se raidissent, les muscles ont besoin d'énergie. Au tout départ, ils puisent leur énergie dans leurs propres réserves de sucres.

Mais bout de quelques minutes sans pause, ce stock s'épuise. Les jambes se durcissent, et une sensation de brûlure se fait ressentir. C'est le phénomène d'acidité.

Les cellules ont transformé leur sucre en acide lactique, et cette substance les empêche de fonctionner. Cette sensation disparaît après quelques minutes de pause, ou en reprenant l'effort plus doucement.

Si l'exercice se prolonge, les muscles fabriquent leur énergie grâce à l'oxygène, et au sucre stocké dans le foie. Ils sont un peu moins puissants, mais peuvent poursuivre l'effort pendant très longtemps sans avoir mal. Le facteur limitant sera plutôt le souffle ou le rythme cardiaque.

Les douleurs musculaires peuvent aussi être dues à un étirement trop intense. Lors d'une séance de stretching ou d'assouplissement, les muscles étirés peuvent picoter ou trembler. Ces symptômes annoncent un danger et il faut diminuer l'intensité de l'étirement. L'étirement d'un muscle créé des micro-lésions tout comme la contraction, et peut conduire aux mêmes conséquences.

Après le sport, vient le temps de la remise à niveau pour les muscles. L'acide lactique est éliminé, le calcium est recyclé, les stocks d'énergie sont reconstruits. Mais si l'exercice a été très intense et que les muscles ne sont pas habitués, ils ont pu être endommagés. En effet, chaque contraction musculaire créée des lésions, et d'autant plus importantes que la charge est lourde.

Douleur après l'exercice

Parfois, les douleurs ne surviennent pas immédiatement pendant l'effort mais dans un délai variable de 24 à 48 heures.

Les courbatures sont un phénomène naturel, d'inflammation du muscle. Elles sont dues à l'élimination des déchets accumulés pendant l'effort, et à la reconstruction des éléments endommagés dans les cellules musculaires. Le nettoyage dure 24 à 72 heures. La réparation prend 2 à 5 jours selon l'étendue des dégâts. C'est elle précisément, qui provoque la douleur. C'est pourquoi elle peut apparaître comme "retardée" après une sollicitation intense.

Mais si les courbatures sont fréquentes, les muscles se reconstruiront plus forts et plus solides : c'est la surcompensation ;

Les crampes sont une contraction soudaine et brève d'un muscle. Elles ne sont pas toujours liées à l'activité physique ;

L'élongation - ou contracture - ressemble à une courbature, mais où le muscle reste contracté en permanence, comme une boule. La douleur dure 10 à 20 jours, nécessite du repos et des massages réguliers.

La déchirure musculaire survient quand le muscle a été trop sollicité, ou qu'il n'a pas eu le temps de bien se reconstruire avant de refaire un effort. Une petite partie du tissu musculaire s'est déchirée, provoquant un hématome. Elle demande un arrêt immédiat de l'exercice et un repos de 3 à 5 semaines.

Le claquage ou la rupture partielle est une grosse déchirure. Elle est très douloureuse et oblige le sportif à cesser son activité immédiatement. Le muscle déjà très fragilisé a été sollicité brutalement et s'est rompu sur une grande partie. La récupération prend plusieurs mois.

La rupture complète encore plus grave, nécessite 6 mois de repos, et doit souvent être soignée par une opération chirurgicale et des séances de rééducation.

Tous les spécialistes sont d'accord : un muscle douloureux ne doit pas être sollicité. Il faut reprendre l'exercice graduellement. Les douleurs musculaires sont un bon indicateur de l'état de fatigue des muscles, et ne doivent jamais être prises à la légère. Un muscle courbatu mais échauffé sera moins douloureux certes, mais restera fragile et propice au claquage.


4

Une jeune fille âgée de 23 ans a été enlevée par trois individus qui l’ont séquestrée pendant plusieurs jours, violée et torturée. Les trois tortionnaires ont également filmé leur victime et l’ont menacée de dévoiler ses clichés si elle se plaignait aux autorités, a-t-on appris de sources sécuritaires.

En effet, trois individus âgés entre 28 et 45 ans ont séquestré une jeune fille âgée de 23 ans pendant plusieurs jours.

Les malfaiteurs ont torturé leur victime, l’ont violée et filmée à des fins de chantage. L’affaire, qui a eu lieu dans la wilaya de Mostaganem, a débuté lorsque la victime a fait la connaissance sur le réseau social facebook du principal accusé, âgé de 28 ans, et s’est déplacée pour le rencontrer, a-t-on appris de sources sécuritaires.

La jeune fille a déclaré avoir pris un bus en compagnie de l’accusé et être descendue à un arrêt dans une zone rurale, où l’accusé l’a ensuite retenue prisonnière pendant plusieurs jours en compagnie de deux de ses acolytes. Les trois tortionnaires, dont deux repris de justice, ont tabassé, violé et torturé leur victime, qu’ils ont également filmée et menacée de dévoiler ses clichés si elle se plaignait auprès des autorités.

Suite à la plainte déposée par la victime, le principal malfaiteur, âgé de 28 ans, a été arrêté et présenté devant la justice, qui l’a placé sous mandat de dépôt. Les deux autres malfaiteurs sont quant à eux toujours en fuite, et sont activement recherchés par les services de sécurité, ont indiqué les mêmes sources.


5
Actualité / Attentat kamikaze à Tiaret contre un poste de police
« le: 03 septembre 2017 à 03:32:06 »

Cet attentat suicide est le second du genre depuis la tentative avortée d’attentat contre le commissariat de police du quartier de Bab el Katanra à Constantine en février dernier. Photo : Fethi Belaid/AFP

Deux policiers et le kamikaze qui a actionné sa charge ont été tués jeudi matin dans un poste de police de la ville de Tiaret à 350 kms d’Alger. C’est le second attentat du genre depuis le début de l’année.

Selon l’agence officielle APS, citant des sources policières, « l'acte est l'oeuvre d'un terroriste qui portait une ceinture explosive et qui, usant d'une arme, a voulu pénétrer dans l'enceinte du siège de la Sureté de wilaya (département). La riposte des policiers en faction a été prompte et l'un d'eux, dans un acte de bravoure, s'est jeté sur l'assaillant pour freiner son élan à l'entrée du siège de la Sûreté, perdant la vie en même temps que le terroriste suite à l'explosion qui s'en est suivie ».

Cet attentat suicide, qui a fait trois morts, les deux policiers et le kamikaze est le second du genre depuis la tentative avortée d’attentat contre le commissariat de police du quartier de Bab el Katanra à Constantine en février dernier : n’eût été alors la prompte réaction d’un policier en faction qui, après sommation, avait ouvert le feu sur l’assaillant, provoquant l’explosion de la ceinture d’explosifs qu’il portait et donc la mort du kamikaze, le bilan aurait été très lourd.
La marque de la branche algérienne de Daech

Quoi qu’il en soit, même si l’attentat n’a pas encore été revendiqué, il porte visiblement la marque de Djund al-Khilafa (les soldats du Califat, une dissidence de l’Aqmi), la filiale algérienne de Daech que les autorités pensaient avoir éradiqué en avril 2015.

La branche algérienne de Daech, si c’est bien elle qui a commis cet attentat, recrute ses membres parmi les noyaux actifs les plus durs de L’Aqmi, laquelle a connu depuis 2014 plusieurs défections dans ses rangs, et parmi les djihadistes algériens il y en aurait plus d’une centaine en Syrie et Irak qui ont regagné le pays depuis que Mossoul est tombé, que Raka est assiégé par les Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition arabo-kurde) et Deir Zor par les forces syriennes et leurs alliés. 

Pour parer aux menaces, qui peuvent venir également de la Libye voisine, voire en provenance des pays du Sahel frontaliers de l’Algérie, Mali, Niger, Mauritanie, l’armée algérienne a déployé d’importants moyens surtout à la frontière libyenne.

Pas un jour ne passe sans que la télévision algérienne ne montre des images d’armes en tout genre récupérées par les militaires algériens aux frontières est et sud de l’Algérie à la suite d’interceptions de groupes djihadistes.





6
Sport / l'Algérie est quasiment éliminée de la course au Mondial 2018
« le: 03 septembre 2017 à 03:27:50 »

Battue par la Zambie, l'Algérie est quasiment éliminée de la course au Mondial 2018

L'Algérie s'est inclinée ce samedi face à la Zambie (1-3) en qualifications pour la Coupe du monde 2018. Sauf miracle, les Fennecs ne verront pas la Russie l'an prochain.

L'Algérie aura besoin d'un immense miracle pour disputer la Coupe du monde en Russie l'an prochain. Battue par la Zambie (1-3) ce samedi à Lusaka, les Fennecs sont relégués à huit points du Nigeria, leader du groupe, à trois matches de la fin. Mathématiquement, la première place est encore accessible, mais pour disputer le Mondial, les Algériens devront réaliser un sans-faute et espérer que ses adversaires se prennent les pieds dans le tapis. Mais tout cela paraît très improbable après la correction reçue en Zambie et les limites affichées lors de ce match.


Une première mi-temps complètement manquée

Privés de Riyad Mahrez et d'Adam Ounas, les coéquipiers de Rais Mbolhi sont complètement passés à côté de leur première période. Dès la 6e minute, ils ont encaissé un but de Brian Mwila, bien servi par Augustine Mulenga. Deux minutes avant, le même Mwila avait trouvé le poteau de la tête sur corner. Le deuxième but zambien a mis en lumière les carences défensives des Fennecs. Mulenga n'a eu aucun problème à se jouer de la défense pour centrer en retrait pour Junior Fashion Sakala. La frappe de ce dernier a été repoussée par Mbolhi dans les pieds de Mwila qui a signé un doublé (32e).

Un point pris en trois matches

Les Algériens sont revenus avec un état d'esprit différent après la pause. Yacine Brahimi a réduit l'écart d'une belle frappe du gauche (53e) juste avant l'expulsion de Junior Fashion Sakala, averti pour la deuxième fois pour un tacle non-maîtrisé sur Saphir Taider. L'Algérie aurait même pu bénéficier d'un penalty après une main de Stoppila Sunzu dans sa surface (58e). Les Fennecs ont poussé jusqu'à la dernière seconde de la rencontre, dominant même la fin du match, mais ne sont jamais parvenus à refaire leur retard. Ils ont, au contraire, encaissé un troisième but sur une frappe croisée d'Enock Mwepu (88e).

Avec un seul point pris en trois matches, la qualification devient presque impossible pour l'équipe de Lucas Alacaraz qui accueillera mardi la Zambie pour le match retour.



7

En l’espace de quelques jours, la région de Beni Douala a été secouée par deux crimes crapuleux.

Après un premier drame survenu dimanche passé au village de Taguemount Djedid où un jeune père de famille de 25 ans, originaire du village de Tizi Hibel, relevant de la commune d’Aït Mahmoud, a malheureusement perdu la vie après une dispute nocturne, voilà que la même commune vient d’être secouée par une autre tragédie qui a plongé toute la population locale dans un profond climat de consternation et d’indignation.

Et pour cause, un vieux couple vivant paisiblement dans son village natal, à Taourirt Moussa, a été agressé dans son sommeil, avant-hier vendredi vers 3h du matin, vraisemblablement par des cambrioleurs. âgé de 83 ans, le mari est un ancien taxieur retraité de France qui est rentré au bercail, il y a quelques années, et sa regrettée épouse, la cinquantaine à peine, jouissait de beaucoup de respect et de sympathie dans ce village de Kabylie.

Apparemment réveillés en sursaut au milieu de la nuit par une irruption forcée en leur domicile, les deux époux n’ont pas eu le temps de réagir lorsqu’ils furent sauvagement agressés dans leur lit par des individus qui se seraient emparés d’une grosse somme d’argent avant de profiter de l’obscurité pour prendre la fuite.

Le vieux retraité et sa femme ont été roués de coups et, si le mari a été évacué à l’hôpital dans un état grave, son épouse a malheureusement succombé à ses blessures, ce qui a terriblement choqué toute la population des Ath Douala. L’on a appris, hier, que deux individus, originaires du village même, ont été arrêtés.

Le climat d’insécurité prend de l’ampleur dans la région de Beni Douala. “Cela fait plusieurs années que nous avons lancé des cris de détresse pour l’implantation d’une brigade de gendarmerie et d’une unité de la BMPJ dans la région, mais en vain.

Et il est certainement temps de faire face à une situation aussi préoccupante pour éviter d’autres drames”, disait, hier encore, le P/APC d’Aït Mahmoud, Slimane Allem, qui était visiblement ému et surtout indigné par l’accumulation de tels drames, et ce, au même titre que l’ensemble des citoyens de la région.


8

Durant la journée du jeudi, un citoyen a voulu secourir une femme qui semblait en plein dispute avec son mari dans la rue au niveau de la commune de Bousfer.

Il n’est pas près d’oublier ce geste héroïque qui s’est retourné contre lui.
Le mari n’ayant pas apprécié que ce passant intervienne dans sa querelle avec sa femme, n’a pas trouvé mieux que d’ordonner à son chien de race rottweiler d’attaquer l’homme en question.

L’épouse ayant trouvé refuge au sein du poste de police, cela n’a pas pour autant calmé l’époux, qui, face aux policiers venus l’arrêter a ordonné à son chien d’attaquer ces derniers.

L’un des policiers a reçu plusieurs blessures nous dit-on.

Se refusant de rappeler son chien, les policiers ont dû abattre l’animal car n’ayant eu d’autre choix. Ce qui leur a permis d’arrêter l’agresseur et le déférer devant la justice.

Il devra répondre de plusieurs chefs d’accusations, d’attaque contre des policiers en utilisant son chien, d’agression et de tentative de meurtre prémédité.





9
Discussion Général / Faut le voir pour le croire..cilima lol
« le: 03 juillet 2017 à 03:53:21 »

Vraiment on aura tout vu lol tsema entre lui w JCVD qui gagne hhhh



10


L'apiculture est devenue un vrai métier et une source de richesses pour toutes les femmes formées au sein de notre association alors qu'auparavant aucune d'elles ne s'imaginait pouvoir monter un jour sa propre exploitation, se réjouit Mohand Ouamer Ould Braham, président de l'Association de promotion de l'apiculture de montagne (Apam) d'Algérie.

Son association, basée à Aïn El Hammam, au sud-est de Tizi Ouzou (à l'est d'Alger), abrite depuis 2010 des projets de ruchers-écoles dits du Djurdjura.

Cette initiative a permis à des amateurs, notamment des jeunes femmes au foyer, de s'initier à l'élevage des colonies d'abeilles, via des journées de formation à l'apiculture de montagne assurées par des professionnels locaux et venus de France, avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Un miel bio et de très bonne qualité

«Nous ne faisons qu'inculquer les anciennes coutumes avec des techniques modernes. Ici, dans la région, l'apiculture est une tradition et le miel est connu pour être 100 % bio», affirme Mohand Ouamer Ould Braham.

La mortalité des abeilles est réduite grâce à cet élevage naturel, dans les petites exploitations agricoles, souvent familiales, d'où la vitalité de cette activité en Kabylie. Près de 4700 apiculteurs sont recensés dans la wilaya de Tizi Ouzou et la production de miel a frôlé les 500 quintaux en 2016. «Un miel bio et de très bonne qualité», assure notre interlocuteur.

Ce projet contribue au développement de l'activité en aidant quelques stagiaires à avoir leur propre exploitation. Dix ruches ont été distribuées à cinq stagiaires, dont trois femmes, au terme de la première formation.

Cette initiative a par la suite ouvert la voie à l'apprentissage, devenu presque une tradition au sein de l'association Apam. «Grâce à notre partenariat avec l'ONG Amsed (Association migration solidarité et échanges pour le développement) d'autres ruchers-écoles sont régulièrement initiés. Nous privilégions beaucoup les femmes rurales car nous avons remarqué l'intérêt grandissant qu'elles accordent à l'apiculture», explique le président de l'Apam.

Il suffit d'apprécier ce que l'on fait et ne pas avoir peur de se lancer
 
Dix-huit femmes, issues de Aïn El Hammam et d'autres localités de la wilaya de Tizi Ouzou ont monté leur exploitation grâce aux ruches mises à leur disposition.

Ces stagiaires «ont bénéficié de l'encadrement de l'association et d'un accompagnement auprès des dispositifs d'aide à la création d'emploi pour développer leur exploitation». Messad Djoudi bénéficie du programme «rucher-école du Djurdjura» depuis plus de trois ans. Son exploitation compte aujourd'hui près d'une dizaine de ruches et la rend bien fière du travail qu'elle a accompli.

«Mon père est apiculteur mais je ne me suis jamais vraiment intéressée à ce qu'il faisait. Je me suis inscrite à la formation de l'Apam par curiosité, j'ai fini par acquérir le savoir-faire nécessaire puis la volonté de me lancer dans cette activité», explique la jeune femme.

Elle affirme s'assurer désormais une rente grâce au miel produit par ses ruches. «Il suffit de savoir les entretenir, respecter leur repos pendant la période hivernale tout en veillant à leur bien-être en toute saison, apprécier ce que l'on fait et ne pas avoir peur de se lancer», ajoute-t-elle.

Le travail de l'association s'étend désormais à toutes les filières de l'agriculture de montagne avec d'autres formations assurées par des professionnels dans l'élevage bovin, l'aviculture ou encore la cuniculture.



11


La scène s'est déroulée le 11 juin dernier dans un zoo situé sur l’île de Ko Samui, en Thaïlande, où se produit un spectacle très dangereux : placer sa tête dans la gueule d'un crocodile.

Mais cette fois-ci l'animal a fermé sa gueule dans la tête de l'homme et l'a secoué dans tous les sens, avant de lâcher prise et de retourner dans l'eau.

On ignore si la victime est ou non grièvement blessée.


12


Un véhicule roulant à grande vitesse sur le boulevard de Sidi El Bachir, dans la localité de Bir El Djir (Est d'Oran), a fauché sept passants leur causant des blessures, a-t-on appris vendredi des services de la Protection civile.

L'accident s'est produit jeudi, aux environs de 23heures, à un moment de grande affluence en cette soirée du Ramadhan. Les sept blessés ont été surpris par l'automobiliste qui roulait à grande vitesse et faisait des manoeuvres dangereuses.

Les éléments de la Protection civile ont évacué les blessés vers l'Etablissement hospitalo-universitaire 1er-Novembre 1954 d'Oran.

Une enquête a été ouverte par les services de la Gendarmerie nationale pour déterminer les causes exactes de cet accident, survenu près de la brigade territoriale de ce corps sécuritaire.




13


L'affaire a fait un tollé sur les réseaux sociaux. Le tribunal de Dar El Beida (Alger) a condamné ce lundi 19 juin à deux ans de prison ferme l’homme, qui a suspendu un nourrisson du balcon d’un immeuble à Bab Ezzouar, indique un communiqué de la Sûreté de la wilaya d’Alger.

L’accusé, qui a été jugé en comparution immédiate, a été arrêté dimanche pour avoir mis en danger la vie d’un bébé d’un an et demi, selon un communiqué de la Sûreté de la wilaya d’Alger.

L’homme, qui a suspendu l’enfant dans le vide en le tenant de sa main, a diffusé des photos sur Facebook et menacé de lâcher le bébé si le nombre de « J’aime » n’atteigne pas les 1000. Aussitôt alertée, la brigade spécialisée dans la protection de l’enfance en collaboration avec la brigade de la lutte contre la cybercriminalité a procédé à l’arrestation du suspect « en un temps record », selon le communiqué.

L’homme a été présenté devant la justice pour mise en danger de la vie d’un bébé et sa diffusion internet, selon la même source.


14
Santé / Bronzer sans le soleil, c’est possible
« le: 20 juin 2017 à 02:59:00 »

Après plus de dix ans d’efforts, des chercheurs ont découvert une substance capable de pénétrer la peau et de la faire brunir sans exposition aux rayons ultraviolets du soleil, évitant ainsi le risque de développer un cancer cutané.

A la différence des crèmes auto-bronzantes traditionnelles, qui ne colorent que la couche superficielle de la peau, cette molécule agit en stimulant les cellules qui produisent des pigments dont le rôle est d’absorber les ultraviolets, expliquent les chercheurs.

L’étude est publiée en juin dans la revue américaine Cell Reports. La nouvelle molécule doit encore subir davantage de tests pré-cliniques avant de déterminer son innocuité chez les humains.

La forskoline à l’origine de la découverte

Cette substance appliquée comme une crème permet également de brunir l’épiderme des souris à poil roux qui comme les humains, sont plus susceptibles de développer un cancer de la peau sous l’effet des ultraviolets.

Ces travaux découlent d’une étude parue en 2006 dans la revue scientifique britannique Nature qui montrait qu’une autre substance, la forskoline, produite par la plante appelée coléus de l’Inde, pouvait induire le brunissement de la peau de souris rousses sans exposition aux ultraviolets.

Mais les scientifiques ont très vite découvert que cette molécule ne pouvait pas pénétrer la peau humaine.

N’étant pas protégé par une épaisse couche de poils, l’épiderme humain a dû au cours du temps évoluer pour développer des protections contre, entre autres, le froid, la chaleur et les rayons ultraviolets du soleil.

« La peau humaine est une formidable barrière, difficile à pénétrer », explique le docteur David Fisher, chef du service de dermatologie à l’hôpital américain Massachusetts General et professeur à la faculté de médecine de Harvard, principal auteur de cette découverte.

Prévention du cancer cutané

« Dix plus tard, nous avons trouvé une solution avec une différente classe de molécules… plus petites et capables de passer à travers les lipides pour cibler un autre enzyme agissant sur le même mécanisme génétique de pigmentation de la peau », précise le chercheur.

Les scientifiques ont testé ces molécules sur des échantillons de peau humaine en laboratoire et constaté qu’elles brunissaient plus ou moins en fonction des doses de cette substance et la fréquence des applications. Ce bronzage artificiel a duré plusieurs jours.

« L’importance potentielle de cette étude résidera à terme dans une nouvelle stratégie de protection de la peau et de prévention du cancer cutané », juge le docteur Fisher.

« La peau est le plus grand organe de notre corps pouvant être touché par le cancer et la majorité des cas sont liés à une exposition aux rayons ultraviolets », relève-t-il.



15
Actualité / Incendie de foret au Portugal, au moins 61 morts
« le: 20 juin 2017 à 02:50:40 »

Le gigantesque incendie de forêt qui a éclaté samedi dans le centre du Portugal a fait au moins 61 morts et 62 blessés, dont des familles piégées par les flammes dans leurs voitures.

Des familles entières piégées par les flammes dans leurs voitures, au moins 61 morts et une soixantaine de blessés, des routes coupées, des maisons évacuées, des arbres calcinés : le Portugal est sous le choc après le gigantesque incendie de forêt qui a éclaté samedi dans le centre du pays. Voici ce que l'on sait sur cette catastrophe, la plus meurtrière de l'histoire récente du Portugal.



Pages: [1] 2 3 ... 52
En collaboration avec Dzteamunlocker